Si je fais la rétrospective des nuits durant lesquelles j'ai été le plus ciblée par tirs d'ondes électromagnétiques depuis cinq ans, et même si il y a une part aléatoire dans l'intensité ou la modération du harcèlement, suivant les humeurs des pions, leur disponiblité, leur degré de sadisme à tel moment, etc., il apparaît néanmoins que les nuits du mardi au mercredi arrivent statistiquement en tête en matière de brutalité.

   Je n'y ai pas échappé cette nuit, malgré que les tirs d'ondes n'aient plus rien à voir avec cette violence que je subissais il y a encore deux ans. Cependant, après des années de maltraitance, je suis devenue plus sensible aux différents tirs, même les plus modérés, et un simple clic intrâcranien suffit à me réveiller pour un bon moment. Cela dit, je ne suis pas pour autant devenue électrosensible, mais cela peut venir.

    Toujours est-il qu'entre deux agressions nocturnes, et après avoir regardé une énième fois mon radio-réveil, je me suis demandé après minuit, si le harceleur du moment était payé double en ce jour férié pour le plus grand nombre, tout en sachant qu'en famille, généralement, on offre gracieusement de son temps et de ses services, d'autant plus quand on prend son pied à torturer quelqu'un. Violente douleur plantaire au moment de l'endormissement, cela dit en passant. Enfin, très difficile de savoir qui est au-dessus de ma tête ces temps-ci, et même si il y a relai. Je sais juste que le matériel est toujours utilisé très régulièrement, et cela me suffit pour savoir qu'un harceleur qui EST, demeure un harceleur qui SERA.

Ci-dessous, manifestation en espagne, Viactec España, contre le harcèlement électromagnétique et en réseau. C'était le 27 avril dernier.