Harcèlement

27 mai 2017

Ma tête est une allumette

HQ01001701c

Ce type de laser à courte distance enflamme une allumette. A plus grande distance, et dirigé vers une boîte cranienne, il n'enflamme pas notre tête mais fait tout de même quelques bons dégâts.

https://www.laserpuissant.com/10000mw-pointeur-laser-puissant-vert.html

security-fr

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 mai 2017

Une famille irréprochable

  C'est sans doute le cas de celle qui perpétue ma maltraitance depuis près de trois ans maintenant. Aussi, il est difficile d'imaginer l'un des éléments de cette famille avoir torturé des chats quand il était petit, ou subi les violences d'un beau-père alcoolique. Rien ne laisse supposer de traumatisme insupportable au point qu'une réitération de la violence sur autrui serve de quelconque compensation à ces êtres visiblement épanouis. Non ! Le parcours semble sans embûches particulières ou exceptionnelles, de celui que connaissent des centaines de milliers de familles en France.

  Etudes, emplois, rencontres, mariages, naissances, deuils, semblent se mêler au sein d'existences ordinaires et éduquées dans des valeurs à la fois traditionnelles et ouvertes. Des visages souriants agrémentent ces profils quelconques et sans doute bienveillants pour le plus grand nombre... à part pour moi.

  Comment des individus sans histoire, et sans pathologie particulière, ni physique ni mentale, en arrivent à commettre le pire contre un de leur congénère ? C'est la question que je ne cesserai jamais de me poser. En ayant enfin un nom, j'imaginais forcément, au vu de ce que je subis depuis presque trois ans maintenant de la part de mes harceleurs, me confronter à un univers diabolique, et découvrir en grattant cette surface immaculée mon comptant de fraudes, d'arnaques et autres canailleries dénuées de tout scrupule, mais rien, nada, la famille parfaite.

  Charles et Caroline Ingalls n'arrivent pas à la cheville de mes tortionnaires en matière de vertu ! Laissez-moi rire un peu...

la-famille-ingalls

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 16:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2017

Stop harcèlement électromagnétique

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 17:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2017

Manifestation contre le harcèlement électromagnétique

17juin

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 15:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2017

Faire le deuil de son intimité

woman-in-bottle-small1

  Etre harcelée comme je le suis, et comme malheureusement des centaines d'autres personnes le sont, c'est faire le deuil de son intimité. Triste exercice à réitérer chaque jour et chaque nuit que d'arriver à être soi-même, afin de non pas ignorer, ou faire abstraction que des individus malveillants et sadiques nous observent sous toutes les coutures, car cela est tout bonnement impossible, mais parvenir à vivre avec l'absence de toute intimité, sous peine de sombrer dans un profond abattement lequel pourrait bien avoir raison de nous, et de notre raison justement.

  Vivre avec l'absence de toute intimité, c'est donc savoir que quelqu'un veille quoi que vous fassiez, braquant ses yeux salaces sur vous, où que vous vous trouviez dans votre logement, sachant que les moyens dont disposent ces tarés qui vous maltraitent (petite famille vertueuse et insoupçonnable) dépassent de loin ce qu'une petite caméra espion est en mesure de produire comme vision. Une caméra, en effet, si perfectionnée soit-elle, a ses limites, et même si elle est pivotante, il y aura toujours un angle mort, un espace si infime soit-il qu'elle ne pourra balayer aussi sûrement qu'un oeil avisé.

  Dans ma situation, il faut imaginer mon logement comme un bocal transparent. Un détecteur de mouvement externe pourrait expliquer cette surveillance 24h/24 en partie, mais pas tout à fait. Je déambule donc chez moi, comme un poisson dans son aquarium, offerte à la vue de tout le panel de dégénérés se relayant pour se rincer l'oeil de ma pauvre présence, et se proclamer Dieu grâce à un matériel ordurier mis en place par je ne sais quel crétin à leur disposition.

  Et puisque ces autoproclamés "Dieu" voient tout, je m'autorise donc des doigts d'honneur pointés bien haut en leur direction, c'est le moins que je puisse faire, et je n'en suis pas avare.

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 11:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


11 mai 2017

Dialogue avec un harceleur

Image2

Il était venu vers moi quelques semaines après mon emménagement. Il m'avait tout de suite tutoyée et je l'avais plutôt bien pris, tutoiement instantané propre aux personnes de couleur et dont j'apprécie le sens du contact. Je ne m'étais pas méfiée.

Lui : "Désolé, je suis garé devant chez toi, mais je croyais que c'était un garage. Ça fait trois ans que j'habite là, je n'avais pas remarqué que c'était un logement."

Moi dans mon boudin, je m'étais dit qu'au bout de trois ans et étant donné qu'il y avait un locataire avant moi il devait le savoir, mais bon, il me parlait gentiment.

Moi : "Tu habites où ?"

Lui : "De l'autre côté de l'immeuble. A part ça, ca va ?"

Moi : "Oui, mais j'ai l'impression de déranger ici."

Lui : "Normal, il y a beaucoup de personnes âgées."

Moi : "Oui, mais je ne fais rien de mal chez moi."

Lui : "Oui, j'en doute pas. Bon j'y vais. Bonne journée."

Moi : "Merci, toi aussi."

Puis il avait disparu, et réapparu seulement au bout de plusieurs mois, l'été dernier. Je l'ai croisé à nouveau devant chez moi avec une ribambelle d'enfants à ses côtés. Je l'ai reconnu à sa démarche décontractée, et à cet espèce de boitier à l'oreille qui lui permet d'être connecté en permanence. Le type est toujours aussi cool. Trop Coooool !!!

Lui : "Salut, comment tu vas ?" (genre je t'ai vue hier).

Moi : "ça va... (après l'avoir reconnu grâce au boitier)euh... tu étais parti ?

Oui : "à La R. Je ne sais pas si je vais y retourner, ou vivre ici." (trop cool le type, trop "IN" hein ?)

Bref on échange quelques banalités, jusqu'à ce qu'il se mette à parler à son boîtier, décidément hyperconnecté, comme si le monde entier ne pouvait lui échapper, c'est clair qu'il est là où ça se passe.

J'ai attendu qu'il termine sa conversation avec le fantôme à l'autre bout du boîtier, puis je lui ai souhaité bonne soirée. Lui de même, et il disparu, pour tout l'hiver, jusqu'au printemps dernier, où je vois une bonne grosse BMW noire se garer bien près de ma porte. Je peux entendre la sono de sa voiture de mon logement.

Pourquoi les jeunes types branchés qui ont des BMW se sentent forcés de mettre la musique à fond ? Mystère.

J'ouvre ma porte.

Lui : "Tiens, salut ! Ouais, je sais je suis garé super près de chez toi, ça me fait chier mais pas de place ailleurs tu comprends ?" (un pote à lui sans doute descend côté droit).

Moi : "Oui, bien sûr, mais c'est au cas où j'ai des livraisons. Ensuite, je suis harcelée ici de manière intensive, et ces allées et venues me perturbent."

Lui : "Ah ouais..." puis il change de sujet. (pas curieux le mec).

Moi : "pas grave, maintenant je connais ta voiture, je saurais que c'est toi." (Il en avait changé, de voiture, depuis la dernière fois).

Lui : "Ecoute, si un jour ma bagnole te dérange pour une raison ou une autre tu n'as qu'a sonner au nom de B... sur l'interphone et je viendrais la déplacer."

Moi : "Ok, je note."

 

La semaine dernière, après une nuit particulièrement sadique en matière de tirs d'ondes électromagnétiques, je décide au petit matin d'aller frapper au premier étage à l'appartement d'où vient mon harcèlement, pour voir de près à quoi ressemble un taré. J'étais calme, je voulais régler mes comptes, un point c'est tout. Arrivée à l'étage, au moment d'appuyer sur la sonnette j'ai vu le nom collé à côté : B...

Sidérée, j'ai préféré redescendre sans sonner. C'était bien le dernier nom que je pensais voir inscrit sur cette porte d'entrée.

Vous croyez que le type qui ressemble au capitaine Kirk avec son boitier high-connected habite ici ? Nan, ce serait trop facile... Et mamie-gâteau dans tout ce cirque ? Ben elle est toujours là. Il faut bien favoriser les relations intergénérationnelles.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 17:22 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mai 2017

L'exercice du pouvoir

the-wall-02

The Wall

  On ne s'en lasse pas comme ça, notamment pour celles et ceux que l'insignifiance de la vie n'avait pas permis jusqu'alors de perpétrer une domination sur autrui en toute impunité. Voilà t'y pas qu'un matériel high-tech arrive dans leur morne existence comme un cadeau tombé du ciel.

  Ils ont enfin droit à leur part du gâteau, se lâcher, débrider ce qu'ils ont toujours contenu, contrecarrer ce que la société impose à tout citoyen ordinaire, en l'occurrence, laisser le sadisme aux psychopathes, et autres profils adaptés aux circonstances, pour le bien-être du plus grand nombre. Enfin, ils vont pouvoir laisser s'exprimer tous ces refoulements trop longtemps cloîtrés dans leur esprit aux aguets, n'ayant jamais cessé d'épier l'occasion rêvée en secret, cette opportunité leur accordant l'épanouissement suprême : l'exercice du pouvoir sur un être démuni, avec un profil exemplaire leur épargnant tout tracas d'ordre judiciaire et par conséquent d'éthique.

  Ce n'est pas forcément donné à tous le monde. Quelle chance a le badaud désormais, de pouvoir lui aussi, nuire, massacrer la santé de l'autre sans être inquiété, faire sa propre guerre, marquer sa génération, et souder à tout jamais sa famille en utilisant ce fusible imparable et séculaire, la différence de l'autre.

  Appuyer sur celle-ci comme on enfonce un clou mais cette fois avec l'autorisation étatique. Le rêve à l'état pur ! Invoquer le dérangement que cet autre crée par sa seule présence, voire le danger qu'il représente pour toute la communauté, qu'on appelle aujourd'hui quartier. Et puisqu'il n'est pas civilisé de le pendre comme jadis au premier arbre venu, utiliser les ondes électromagnétiques comme lynchage tolérable, et le perpetrer en toute discrétion. Comme la peine de mort fut retirée de la place publique au moment où l'histoire à décidé que c'était plus décent, on tue maintenant en silence, et à l'abri des regards. Nul besoin d'être passé par la case prison, ni même d'être coupable de quoi que ce soit, pour subir la vindicte populaire. Il faut vivre avec son temps.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2017

Fête de l'espoir

IMG_2028 STOP

Grand merci à Lez

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2017

Absence de cycle de sommeil long

privation-sommeil

  Depuis six nuits je survis grâce à des microsiestes ou des phases de sommeil qui ne dépassent jamais la demi-heure. Pourquoi ? Parce que toute une famille de dégénérés a décidé de me ruiner la santé.

  La privation intentionnelle de sommeil est considérée comme un acte de torture par Amnesty International, même si 75 % des américains la comparent à une simple maltraitance. Ils n'ont qu'à venir chez moi et vivre une semaine à ma place, et auront tout le loisir de constater au fil des jours et des nuits dévastateurs, ce que l'absence de sommeil, indispensable à l'homme sous peine de mort, peut induire comme dégâts physiques et neurologiques.

  Vieillissement prématuré, douleurs musculaires, perte de mémoire immédiate, perte sensorielle, nausée permanente, amaigrissement, douleurs osseuses, maux de tête, baisse de la vision, ongles mous, perte de cheveux, peau grisatre, cernes noires, vertiges, hallucinations, problème d'élocution, etc. Sont le lot de toute personne privée de sommeil de manière drastique.

  Plus de deux heures pour écrire ces quelques lignes. Autrefois il m'aurait fallu une dizaines de minutes, et je suis sûre qu'il reste quelques coquilles.

Enregistrer

25 avril 2017

19 h 00

Un élément de la

milice familiale est là

... au taquet !

Je suis prête.

Posté par Laproscrite à 19:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :