Harcèlement

22 avril 2017

Troubles du voisinage, vous dites ?

P1100487

  Les journaux ont manifestement quelque mal à se tenir au goût du jour concernant les troubles du voisinage. Ils sont comme restés bloqués aux fameux bruits de talons sur le carrelage, musique trop forte, et autre tapage nocturne de circonstance. Comment leur faire comprendre que les choses ont évoluées dans le domaine et que l'emblématique “tapage nocturne” a laissé place à un silence assourdissant composé de tirs d'ondes électromagnétiques, aussi muets qu'inaudibles, et bien plus dévastateur pour votre santé que tous les bruits cumulés que vous n'aurez jamais l'occasion d'entendre dans toute votre vie.

  Suite aux derniers articles parus sur le sujet, on ne peut que constater la criante ignorance des journalistes s'attelant à la rédaction de leur papier avec un automatisme daté, ne semblant se préoccuper à aucun instant des dernières “nouveautés” dans le genre, et concernant le harcèlement de voisinage. Troubles dépassant de loin en matière de nuisance l'historique coup de talon sur le sol. Les témoignages sont piteux et convenus, tout au plus trouve-t'on un jeune homme tenté d'utiliser un brouilleur d'onde contre la radio estimée à un volume trop élevé de son voisin, néanmoins se ravisant avant d'utiliser un tel outil, totalement illégal ! Oh, my God !

  On ne peut que rester coi face à cette indigence des compte-rendus, comme si il était nécessaire de s'arrêter là, et ne surtout pas chercher plus loin, encore moins dévoiler ce qui se cache réellement comme détresse derrière ce paravent convenu des nuisances de voisinage, le pire se nichant derrière ces multiples façades aux airs d'apparente tranquillité.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


17 avril 2017

L'intendance du week-end de Pâques

  Ne pas travailler pendant trois jours me permet, non pas d'être sur un pied d'égalité avec les harceleurs, mais d'avoir plus d'énergie pour me défendre, sans compter que je mets à mal leur diabolique planning exigeant qu'un pion se trouve au-dessus de ma tête 24 h/24 h et 7 j/7 j à partir du moment où je suis chez moi. J'ai l'impression que ce week-end, le coeur des harceleurs, si toutefois ils en ont un, à balancé entre ce besoin inouï de me nuire, et l'envie néanmoins de fêter Pâques en famille et en tous bons citoyens qu'ils sont. Ils ont tout de même réussi à s'organiser pour assouvir leur haine comme il se doit, d'un côté en me bombardant de tirs d'ondes électromagnétique, et de l'autre, fêter la résurrection du petit jésus.

  C'est merveilleux, même si d'un point de vue religieux ma maltraitance ne semble pas vraiment compatible avec la charité chrétienne, mais j'imagine que des harceleurs, bien-pensant, ne s'encombrent pas de ce genre de réflexion qui veut que les bases du christianisme soient fondées sur la bienveillance, ainsi qu'un appel à l’amour et à la liberté qui structurent la relation aux personnes.

Posté par Laproscrite à 19:07 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2017

Terrorisme domestique

TORTURE ELECTRO

Enregistrer

Enregistrer

10 avril 2017

Je suis harcelée

P1100463

Posté par Laproscrite à 19:24 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

08 avril 2017

Briser la résistance

  C'est le but des persécuteurs à qui la victime refuse d'obéir. C'est les vacances scolaires, ma présence insupporte mes bourreaux plus que d'ordinaire. Dans leur esprit dévasté, et l'exacerbation de la haine qu'ils ont contre moi, je les empêche de vivre cette période de congés telle qu'ils la souhaiteraient.

  Je suis celle qui les empêche de..., une entrave à leur oxygène respirable, un blocage au bon déroulement de cet entre-soi qu'ils apprécient tant. C'est tellement plus légitime alors de me maltraiter, et cela justifie tellement plus la perpétration de cette maltraitance gravissime.

  Tout est si parfaitement installé dans leur bien-pensance, qu'il ne saurait être question de m'accorder une autre place que celle du parasite, quitte à se priver, se mortifier, se châtier suffisamment en cette sainte période, pour prouver que leur action à mon égard est justifiée et infiniment fondée.

  En fait, c'est moi qui les prive d'une existence paisible, laquelle voudrait qu'ils se retrouvent entre eux pour fêter les Rameaux et l'agneau Pascal comme il se doit, sans que la pestiférée du rez-de-chaussée ne pollue de sa seule et modeste présence, cette souche familiale aussi solide que rompue au pire.

  La nuit dernière, je méritais donc bien ces actions barbares ininterrompues, les tirs d'ondes électromagnétiques crevant volontiers la nuit et ses murs pour parvenir jusqu'à mon pauvre cerveau déjà en capilotade. Action non reconnue bien sûr par la décence inspirée de mon ou ma tortionnaire du moment, lequel ou laquelle, sous peu, distribuera oeufs en chocolat et autres friandises de Pâques à sa tribu, la seule et l'unique légitime en ce monde venimeux.

rameaux_bb

au plus haut du fiel !

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


03 avril 2017

Ma radio FM

ondeselectromagnetiques

  Les harceleurs ont décidé de s'y attaquer ferme, un peu de la même façon qu'ils s'attaquent à ma tête. Ils la brouillent ma radio, particulièrement France Inter. Encore une fois, sous le prétexte qu'ils n'ont pas suffisamment de neurones pour comprendre les informations, ils ont décrété de me les interdire, et ainsi me rendre responsable de leurs propres tares. Ils me font payer leur inculture de refoulés, comme si j'étais coupable de leurs irrécupérables lacunes.

  J'ai donc moi décidé d'écouter ma radio tout de même, malgré les grésillements. Je ne pourrais jamais prouver que des individus malveillants et très crétins s'amusent à brouiller certaines ondes de ma radio. Par cet énième acte aussi gratuit qu'imbécile, ils créent par ricochet, moi-même, un bruit qui les insupporte. N'obéissant pas à leur désir qui serait de couper ma radio, ils se vengent sur mon chauffe-eau, lequel fait des bruits ne correspondant pas du tout à un cycle normal. Du coup, ils rajoutent du bruit au bruit, et semblent, ma foi, assez contents du résultat. N'oublions pas qu'à la base c'est moi le parasite.

  Au royaume des aveugles les crétins sont rois.

Posté par Laproscrite à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2017

A celui qui m'a violentée la nuit du 30 au 31 mars 2017

 

citation-jacques-audiberti-037646

 

  Au petit matin, je savais à peine qui j'étais. Mon cerveau bourdonnait avec force alors que je me demandais comment j'allais bien pouvoir affronter la journée de travail qui m'attendait. J'étais dans un état second, avec cette impression de devoir tenir constamment ma tête pour ne pas qu'elle tombe. J'avais encore la nausée suite aux tirs d'ondes électromagnétiques envoyés dans le ventre et provoquant instantanément un état grippal. La dernière fois que j'ai connu un tel assault c'était la nuit du 23 au 24 décembre dernier.

  C'est dès le coucher que j'ai senti que la nuit du 30 mars allait être sévère. Il y a des choses que l'on sent dans un harcèlement qui s'applique avec autant d'acharnement dans la durée. Comme si la haine de nos bourreaux du moment avait presque une odeur.

  Cette nuit là, tu ne m'as pas épargnée, ne me laissant aucun répit, ni aucune chance de basculer dans le sommeil, et ton sadisme est arrivé à son paroxysme, envoyant ondes sur ondes, vers ce que tu avais décrété dans ton esprit crétin comme t'appartenant. A ce moment de la nuit, et comme d'habitude, je ne savais pas qui tu étais, toi ou un autre, ou une autre, peu importe. Je ne visualisais personne en particulier, ce qui me permettait alors de mettre une distance entre les ondes que je recevais au coeur même de mon intimité et celui qui me les envoyait.

  Au matin, la tête en éventail, je suis néanmoins parvenue à sortir de mon lit, avec l'impression d'avoir du coton en guise de cerveau, à tel point qu'en sortant de chez moi je me suis trompée de sens pour aller prendre mon bus. Revenant sur mes pas, je suis ainsi repassée pas loin de chez moi, et c'est là que je t'ai aperçu, trônant sur ton balcon comme Néron sur son empire. Je t'ai aperçu de toute ta hauteur de dégénéré, une silhouette humaine malgré les profonds trous atrophiant ton cerveau, heureusement pour toi, invisibles. Mais moi je les ai vu à travers ton crâne ces trous, et toute l'arriération qui suintait de ta silhouette de grand type décontracté, une cigarette dans une main et un téléphone dans l'autre, informant sans doute un interlocuteur quelconque que ta mission était terminée, et que tu l'avais parfaitement remplie en massacrant comme il faut la pouilleuse du rez-de-chaussée, moi-même, véritable plaie à la tranquillité de ta petite famille.

  Plaie ? Pas tant que ça pour toi qui manifestement à quelque problème de sexualité. Ben quoi mon gars ? Ta petite copine ne te satisfait plus, et tu trouves enfin le moyen d'être un brin excité en envoyant des ondes électromagnétiques dans l'anus de la voisine ? Ou alors tu fais des complexes, tu le trouves trop petit c'est ça ? Ou bien encore tu n'as pas de petite copine du tout en raison de ton état de névropathe, et tu te déchaines sur la voisine de ta cousine, de ta tante ou de ta gentille môman, à distance, histoire que tes tares ne soient pas trop visibles. Un complexe d'Oedipe peut-être ? Va savoir...

  Comme si toutes tes pathologies étaient de ma faute à moi espèce de petit con ! Tu avais l'air pourtant si décontracté sur le balcon du premier étage après avoir massacré ma nuit. Je t'ai regardé, surmontant tant bien que mal mon dégoût, jusqu'à ce que tu me vois moi aussi. De loin, tu avais l'air niais, de près je ne sais pas. J'ai fini par sortir mon portable de ma poche pour prendre un cliché de la perversité dans son état brut. Forcément tu as décampé comme tout bon trouillard. Qu'est-ce qui cloche chez toi ? Dois-je aussi être responsable de ta castration mentale ? De ta couardise ? De tes problèmes de refoulé ? De pulsions que tu ne pourrais assouvir ? Un conseil, soigne-toi mon gars, soigne-toi.

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 12:15 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mars 2017

Ouvre les yeux

orange4

  L'extrême fatigue induite par la privation intentionnelle de sommeil elle-même générée par des tirs d'ondes électromagnétiques, laisse parfois la personne victime de cette maltraitance dans un état de totale prostration durant plusieurs jours. Les yeux passent alors par cette étape atroce qui veut que les paupières tombent d'elles-mêmes au moment où de nouveaux tirs surgissent guidés par ces esprits aussi tarés qu'intouchables, parce que notre société d'apparat les aura décrétés immaculés et vierges de toute violence.

  Alors que des borgnes me forcent à garder les yeux grands ouverts, j'assiste à ma persécution reliée à l'espoir par un seul et unique fil sur lequel il me faudra compter coûte que coûte. Je sais que les harceleurs comptent bien me priver de mon énergie tout entière afin que je ne puisse plus témoigner ni ici ni ailleurs. J'espère que l'idée même de leur désobéir me suffira pour poursuivre. Je crois que oui.

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 16:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2017

Calvaire printanier

IMG_0473

  La nuit du 21 au 22 mars n'était pas la première nuit de calvaire par tirs d'ondes électromagnétique et ne sera malheureusement pas la dernière dans mon harcèlement. Il suffit d'imaginer un coton tige enfoncé malencontreusement trop loin dans l'oreille. Cela fait rapidement très mal, et le réflexe de retirer l'objet est immédiat sous la douleur.

  Imaginez maintenant que ce ne soit pas vous qui teniez le coton tige, mais quelqu'un de venimeux, et nourrissant à votre encontre une haine aussi inextinguible qu'indéfinissable.

  Idem dans la tempe droite de votre tête, comme si on y enfonçait une grosse aiguille à tricoter sans fléchir. On répète ainsi ces deux actes à chaque nouveau basculement de la victime dans le sommeil, et le sentiment du travail véritablement bien fait prend tout son sens dans le cerveau tordu de la saloperie qui a oeuvré avec tant de coeur et d'application dans l'acte barbare.

  Au petit matin ce sera une ultime onde dans votre cou qui se chargera de vous faire sortir de votre douloureuse torpeur en provoquant une mémorable apnée. C'était mon printemps.

PS : Message remanié et envoyé sous forme de lettre, la 7e, au procureur de la république, à ce jour.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 16:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,