Harcèlement

20 juillet 2017

Trois ans...

592430

The Truman Show

  Voilà trois ans jour pour jour que je me trouve en ces lieux maudits. Je me rappelle de mon emménagement comme si c'était hier. Quelques semaines avant l'état des lieux, j'avais sauté sur l'annonce mentionnant la location d'un logement “totalement indépendant et sans aucune mitoyenneté” lequel allait peut-être me sauver de tout voisinage hostile.

  Lors de ma première visite, et malgré l'ingratitude des lieux - environnement surbétonné, manque de verdure, absence de lumière dû au rez-de-chaussée – je croyais bien avoir trouvé la perle rare à un prix correct, et j'étais prête à faire abstraction de tous les éléments peu engageants si toutefois je connaissais enfin quelque sérénité en cet endroit.

  Au moment de l'état des lieux, je fus folle de joie de constater l'absence de logement au-dessus de la chambre, et sur les côtés. Cependant, je ne manquai pas de demander au propriétaire où menait la trappe au-dessus du séjour, “à un grenier !” avait-il répondu en ajoutant "Je vous l'ai dit, ici vous allez être tranquille". Je m'étais tout de même enquérit de sa hauteur au grenier. “1m20 de hauteur !”. “Et puis après ?” avais-je poursuivi, inquiète. “Ben après, c'est une dalle en béton avant le plancher des voisins d'au-dessus.” Je me suis rassurée en me disant qu'il y avait de la marge d'ici à ce qu'on m'entende.

  Cependant, la première nuit je n'ai pas dormi, trop excitée par l'espoir. Le lendemain, alors que je jetai un coup d'oeil dans la cour, un gamin d'un logement d'en face, se dépêcha de refermer une porte-fenêtre de manière brutale, après m'avoir regardée d'une drôle de façon.

  La nuit suivante, les clics audibles commencèrent, et j'ai su alors ce qui m'attendait.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 16:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 juillet 2017

Nature et répit

papillon

  Les beaux jours me permettent fort heureusement d'échapper à mon calvaire, caractérisé par ma présence dans mon logement. Le retour en ces lieux méphitiques est cependant chaque fois un peu plus rude.

  En observant le papillon ci-dessus, son environnement d'une beauté fantastique, et la paisibilité des lieux invitant au repos tant quêté, je me suis dit que le paradis terrestre existait, pas si loin de chez moi d'ailleurs. Quelques dizaines de kilomètres, et me voici de nouveau à un cheveu de l'Enfer. Comment est-ce possible de souffrir autant de contrastes en si peu de temps ?

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2017

Les petits pas (suite)

Petits-Pieds-300x300

  Impossible de savoir ce qui fait que telle nuit les harceleurs vont me canarder toutes les 10 minutes de tirs d'ondes électromagnétiques, et que telle autre ils vont me laisser dormir. Une chose est sûre, quand la nuit est épouvantable cela veut dire que le pion au-dessus de ma tête n'est pas venu pour dormir mais pour me réveiller.

  Je ne pense pas, en effet, que la crapule du moment se mette en tenue de nuit, afin de s'enfouir dans les bras de morphée, mais se fait plutôt livrer des pizzas, ou autres hamburgers afin de tenir le cap toute la nuit, et exercer sa maltraitance sans faillir, comme tout bon soldat qui se respecte.

  Aussi, le lendemain de mon épouvantable nuit, j'ai entendu ces fameux petits pas me laissant penser qu'un enfant se trouvait au sein du logement infecté d'où part mon harcèlement, et déambulait au milieu du pus ambiant. Quand j'y pense, cela me fait quelque peine. Si jeune, et déjà dans l'apprentissage du nuire !

  Je l'entends courir parfois, au moment où je rentre chez moi, et puis après il s'arrête, comme si on lui disait que c'était bon, la pouilleuse était rentrée dans son bouge, qu'il pouvait arrêter car j'étais méchante, n'est-ce pas ?

  Le conditionnement des enfants dans la persécution collective est une abomination de plus à ajouter à la somme déjà conséquente des comportements imbéciles. Après tout, dans certains pays en guerre, le premier jouet d'un enfant de quatre ans est une mitraillette, alors dans le pays des droits de l'Homme, on y va plus doucement avec nos mouflets, on leur apprend la maltraitance de manière plus confortable, je dirais presque convenable, l'odieux se nichant derrière des oripeaux des plus respectables, aux profils toujours aussi innocents.

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juillet 2017

On fait de nous des bêtes

6579202-9923072

  La nuit dernière, j'ai été martelée d'un nombre tellement important de tirs d'ondes électromagnétiques que je n'ai même pas pu les compter. Combien en ai-je reçu, 50, 100 ? Le plus pénible après ce calvaire nocturne est encore de parvenir à canaliser sa colère.

  Ce matin je me suis levée les yeux injectés de sang suite à vaisseau sans doute éclaté pendant la nuit, et je n'ai pas reconnu mon regard, parce qu'il était devenu fou. J'ai repensé à un documentaire que j'avais vu sur les combats de chiens dans les pays de l'Est. On enfermait ces derniers, le plus souvent des pittbulls et des staffs, dans le noir complet pendant plusieurs semaines, et on les affamait pour bien les préparer au combat. Dès qu'on ouvrait sa cage minuscule, le chien n'avait qu'une envie c'était de sauter à la gorge du premier être vivant qu'il voyait.

  L'homme fait de même avec certains de ses congénères, il s'arrange pour les faire devenir fous, pour ensuite que l'opinion publique s'étonne qu'ils le soient. Ce matin, je me suis fait peur. Ce matin, j'étais prête au combat. Ce matin, j'aurais pu tuer. Les harceleurs sont des inconscients ! Leur crétinerie les empêche de voir la monstruosité qu'ils sont en train de fabriquer. Ils ne leur vient même pas à l'idée que je pourrais égorger leurs enfants sous leurs yeux d'abrutis si je n'étais plus moi-même, et que l'entière responsabilité de cette horreur leur reviendrait.

  Fort heureusement, j'ai suffisamment de solidité mentale pour échapper à ces pulsions meurtrières. Fort heureusement, j'ai des techniques de survie. Fort heureusement, j'ai toujours cinq doigts pour en lever un bien haut en leur honneur ! A la gloire des crapules !

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 18:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juillet 2017

Réveils programmés

crazy-alarm-clock-cartoon-vector-illustration-44051507

  Si il arrive régulièrement aux harceleurs de me réveiller toute la nuit, ce qui équivaut à un tir d'ondes électromagnétique environ tous les quart d'heure, les dégénérés qui me maltraitent choisissant dans le menu des tirs la puissance des ondes et leur durée, je connais cependant des nuits plus modérées.

  Ces dernières sont ponctuées depuis quelques semaines par des réveils programmés, se déroulant de la manière suivante : J'essuie quelques tirs d'ondes peu après le coucher (jamais avant 23 h), plus ou moins violents suivant l'humeur des harceleurs, et ensuite je peux espérer dormir jusqu'à 3 : 00 précise du matin, heure à laquelle je reçois un nouveau tir, modéré mais suffisant pour me réveiller, le tir suivant a lieu à 6 : 00 précise, puis 7 : 15, et enfin 8 : 15 le dimanche, au cas où j'aurais envie de faire une grasse matinée, ce qui n'effleure même plus mon esprit depuis maintenant trois ans.

  La qualité du sommeil sera dûe essentiellement à ma capacité à me rendormir le plus rapidement possible entre chaque tir. Entre 3 h et 6 h, j'ai tout intérêt à faire fissa, malheureusement, j'ai tendance à me rendormir plus d'une heure après le premier tir, ce qui me laisse cependant l'opportunité, dans le cas où je me rendorme vers 4 h 30, de connaître un nouveau cycle long jusqu'à 6 h, heure du prochain tir. A partir de ce moment c'est aléatoire. Calculs faits, je peux espérer dormir environ 5 heures les nuits modérées, soit 3 cycles longs. Une merveille !!! Je précise qu'on estime une nuit correcte pour un adulte à un minimum de 4 cycles, pas trop fractionnés si possible.

  Pour récapituler la semaine passée : La nuit du samedi 1er au dimanche 2 juin, j'ai été réveillée toute la nuit, aucun cycle long, tout juste quelques microsiestes, du 2 au 3 juin nuit modérée, du 3 au 4 juin, réveillée toute la nuit (je travaillais toute la journée le mardi), la nuit du 4 au 5 juin nuit modérée ainsi que celle du 5 au 6 juin, la nuit du 6 au 7 juin, réveillée toute la nuit (je travaillais toute la journée vendredi), la nuit du 7 au 8 juin, nuit modérée, et celle du 7 au 8 juin, soit la nuit dernière, modérée également.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 10:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


06 juillet 2017

Volte-face

KampuschTrès grande

  Si Natascha Kampusch, enlevée à l'âge de 10 ans par un taré (citoyen ordinaire), et séquestrée dans une cave jusqu'à sa majorité, a eu un nombre incommensurable de messages de soutien lors de sa libération, l'opinion publique vira bien vite de l'empathie à la vindicte aussi imbécile qu'assassine en raison d'éléments manquants à la bonne satiété du nombre, et les “Retourne dans ta cave !” fusèrent dès lors que certaines confusions prirent possession des foules pour finir d'ensevelir ces dernières dans leur crétinerie... abyssale.

  Qu'est-ce qui a pêché dans cette histoire ? Qu'un tel traitement soit possible, et tellement insupportable qu'il ne reste plus comme unique option que celle de s'en prendre à la victime, et ainsi nier son état ? Ou alors le sadisme jalousé par une multitude, incapable par trouillardise d'aller jusqu'à l'ultime, le “Retourne dans ta cave !” venant assouvir ce qui couve en secret dans les remugles de ce monde trop humain, ne demandant qu'à s'exprimer, n'est-ce pas.

  Quand certains, et ils sont sans doute bien plus nombreux qu'on ne veut bien le penser, ne peuvent aller jusqu'au paroxysme de l'horreur, ils se permettent éventuellement d'utiliser les moyens du bord, plus discrets, moins inquiétants pour leur bonne santé judiciaire.

  Le harcèlement électromagnétique est un de ces moyens affectionnés par le nombre, dans un pays où les exactions manquent depuis maintenant 70 ans, et dans lequel des citoyens ordinaires veulent aussi avoir leur part du gâteau, et ainsi marquer l'histoire, à leur façon.

  Je rappelle que nous sommes arrivés au stade de 54 % de citoyens français favorables à la torture, bien sûr, en brandissant tel un étendard, le précieux alibi d'un contexte d'attentat pour aiguiser les papilles en mal de sensations fortes.

Posté par Laproscrite à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 juillet 2017

Enième nuit concassée

Thoreau

  La privation intentionnelle de sommeil à mon encontre connait des points culminants à l'arrivée de l'été parce que c'est la période des déménagements, et que mes harceleurs espèrent ainsi me faire céder, et quitter les lieux. Ce que, sous leur apparence immaculée, ces crétins ignorent, c'est ma détermination à ne pas leur obéir, et à rester chez moi quoi qu'il m'en coûte. Je m'aperçois chaque jour que “le refus d'obéir” n'est pas seulement insupportable pour les dictateurs et autres hommes de pouvoir, il touche le citoyen ordinaire en plein coeur, dès lors qu'est semée en lui la graine de l'autoritarisme qui exige d'être contentée.

  Si cette autocratie n'existait pas à tous les échelons dans la vie sociétale, le crime serait en grande partie endigué, et la rubrique des faits-divers inondant chaque jour les médias, quasi vide. Ce n'est pas tant ma présence qui dérange les harceleurs, et qui fait qu'ils ont décidés de m'éliminer, mais mon refus d'obéir, qui est potentiellement dangereux, notamment pour une famille parfaitement intégrée dans le schéma vanté, et correspondant au sacrosaint triptyque travail-famille-patrie, pour le plus grand bien de toutes et tous, n'est-ce pas.

  Si tant est que l'on remette en cause ce schéma, non en allant jusqu'à dénoncer ses travers, mais tout simplement en ayant un profil qui ne s'y moule pas de manière parfaite, nous sommes soumis au risque de la ségrégation, le système ayant fait du citoyen ordinaire un parfait petit soldat, capable de déceler d'un seul coup d'oeil, l'intrus créant une ombre au schéma vanté, et ce, dès la plus tendre enfance. On notera ceci de manière frappante, avec notamment les divers rassemblements de voisins vigilants, lesquels sous le fallacieux prétexte de s'auto-protéger, ne feront en fait que chercher à débusquer l'erreur, cette lamentable erreur consistant à ne pas être conforme au schéma soigneusement choisi.

  De même, sous le prétexte de protection de la population, les services-secrets sont renforcés, et les caméras espions poussent comme des champignons dans les villes. N'oublions jamais qu'avant tout il s'agit de débusquer le gibier : Nous-mêmes, et ainsi éradiquer le danger que nous représentons pour une doctrine basée avant tout sur l'obéissance.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

29 juin 2017

Une nuit ne fait pas l'autre

Sleep

  Si les nuits de qualité se comptent sur les doigts de la main concernant les trois années passées dans mon logement, les nuits massacrées quant à elles sont pléthore. Ce fut le cas de celle du 27 au 28 juin dernier, soit deux jours après la “bonne” nuit. Aucun cycle long alors ne me fut accordé par le ou la sadique de service oeuvrant au-dessus de ma pauvre tête à me carnarder d'ondes électromagnétiques. Une fois de plus, le pion n'était pas venu pour dormir mais pour me priver de repos.

  Qu'est-ce que veut dire aucun cycle long ? Que les phases de sommeil les plus réparatrices, sommeil profond de 100 mns environ pour un cycle, sont lamentablement zappées dans le sens où on est réveillé tous les quart d'heure.

  Comme je l'ai dit, ce n'est pas pour mes beaux yeux qu'il arrive que je puisse dormir 5 h d'affilées, mais uniquement une piteuse démonstration du pouvoir que les harceleurs ont sur moi-même et ma santé. “Piteuse” parce que ce n'est pas une démonstration de force, mais uniquement de la propension pour le citoyen ordinaire à accéder au pire, sachant que le pouvoir n'est jamais que de la faiblesse déguisé en force, comme le dit le dicton.

  On trouve dans l'étude ci-dessous des informations brisant quelques idées préconçues sur la somnologie, et relativement optimistes pour les individus privés intentionnellement de sommeil, qui expliqueraient quant à ma situation, la vitesse de ma récupération dès lors que je peux dormir ne serait-ce que quelques heures d'affilées.

http://www.rolandpec.org/Le-sommeil-mythes-et-realite.html

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2017

4e nuit

4d5a65a2cb1f98051dbe624c0ca11ffc

  Après 1065 jours passés dans ce logement délétère, soit trois ans moins un mois, j'ai eu droit la nuit dernière à une qualité de sommeil exceptionnelle. Endormie vers 23 h sans aucun tir d'ondes électromagnétiques à essuyer, je n'ai été réveillée ensuite qu'à 5 h 51 par un petit tir d'ondes tout niais. Soit 6 h 51 de sommeil total. Qui l'eut cru ?

  A savoir si mes harceleurs ont eu un moment de bonté, ou un problème d'intendance, je penche plutôt pour la deuxième option. Point de place au rêve dans mon calvaire, juste un moment saisi à point nommé pour me rappeler sans doute que la normalité existe. Beaucoup de signes de provocations au matin cependant, sans doute pour connaître mes réactions, mes sensations, que sais-je, un remerciement de ma part peut-être ? Mon c... !!!

  Enfin, je crois bien avoir eu les yeux en face des trous durant dix minutes environ, avant de ressentir un moment de fatigue foudroyant. Ben oui, plus habituée je suis. J'imagine que j'ai connu là une sorte de décompression soudaine, comme quand on passe trop rapidement d'une haute altitude à un niveau plus correct, ou l'inverse ! Pas simple d'être à nouveau vivant, l'espace de quelques heures, avant que l'enfer, toujours pavé de bonnes intentions, ne s'aiguise de nouveau.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Laproscrite à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juin 2017

HEM, nécessité d'une loi française

Nécessité2

Posté par Laproscrite à 19:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,