Harcèlement ÉlectroMagnétique et Collectif

16 juin 2018

Harceleur en fête !

  La nuit de vendredi à samedi, un pion s'est lâché. Plusieurs hypothèses sont possibles étant donné que la voiture de sa majesté, alias le fagorneur, alias blingbling, était garée devant l'immeuble le matin suivant. Mais inutile de se perdre sur qui, et pourquoi, on a fusillé ma nuit. Le constat est sans appel comme l'explique le schéma ci-dessous :

Screenshot_20180616-100115

  J'ai eu droit à 7 % de sommeil profond, soit 48 mns fragmentées toute la nuit (en bleu clair) en raisons des tirs d'ondes dans la tête en petites parcelles de 5 à 7 mns maximum. Je rappelle que cette phase de sommeil est normalement la plus récupératrice au niveau physique et mémorielle, comme noté sur les deux lignes au-dessous du schéma.

"Le sommeil profond favorise la récupération physique, la croissance des cellules et certains aspects de la mémoire et de l'apprentissage. Lorsque vous vous réveillez en pleine forme, c'est sans doute que vous avez passé une bonne partie de la nuit dans cette phase."

  Quoi qu'il en soit, toutes les phases de sommeil ont leur importance, mais celle du sommeil profond peut-être encore plus que les autres dans le sens où le sommeil est particulièrement éloigné de la réalité, et que cela nécessite plus de puissance pour le rompre. Concernant les personne ciblées, sa rupture par envoi d'ondes électromagnétiques vers la boite crânienne est tout simplement ravageuse pour la santé sur la durée. Explication sur le schéma ci-dessous :

 

a-savoir_796x792

 Il y est dit également que le sommeil profond est particulièrement récupérateur avant minuit, ce qui est impossible dans mon cas, car à peine plongée dans le sommeil (je suis tellement fatiguée que je zappe les préliminaires comme la phase d'endormissement, 20mns environ) un tir d'ondes arrive systématiquement dès les premières minutes, comme le prouve le schéma ci-dessous :

 Je me couche à 23h, puis sombre directement dans le sommeil profond, un tir d'ondes électromagnétiques envoyé par mon harceleur de voisin me réveille 7 mns plus tard. A quelques execeptions près, c'est ainsi depuis 4 ans. Totalement ruineux pour la santé.

 

23h07      sommeil profond

    J'ai donc un total de 7% de sommeil profond sur toute la nuit. Je rappelle que cette phase de sommeil doit occuper entre 20 et 30 % de la nuit. Il est dit également dans le site ci-dessous en lien que :

"En plus, notre sommeil profond s’adapte à nos besoins ! Ainsi, après une privation aiguë de sommeil, il sera plus long et interviendra en priorité pour restaurer notre organisme et rattraper notre déficit."

  Privée de sommeil comme je le suis, je devrais avoir besoin de 40 à 50 % de sommeil profond pour espérer récupérer un peu de tonus musculaire, et de mémoire aussi. Insurmontable !

  Tout cela pour satisfaire le sentiment de toute-puissance de parfaits crétins !

https://www.teamdenuit.fr/e-magazine/tops-listes/sommeil-profond-a-creuser?gclid=EAIaIQobChMI_Ky1u6fa2wIVEZkbCh0hNwg-EAAYASAAEgIGv_D_BwE

Posté par Elea_proscrite à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 juin 2018

Surveiller et punir

  C'est le titre d'un livre majeur de Michel Foucault, dans lequel on en apprend long sur les limites de la nature humaine. C'est aussi l'essentiel du temps consacré par les harceleurs à me maltraiter. Ils me surveillent donc et me punissent, non pour ce que je fais mais pour ce que je suis, ce qui leur permet une amplitude à peu près infinie quant au rythme de la persécution et une perpétration quasi-ininterrompue de cette dernière.

  Je représente à moi seule un délit, punissable en permanence dans le sens où j'ose être ce que je suis, cherchez l'erreur ! Tout cela est parfaitement imbécile, mais dans la tête des bourreaux possède sa propre logique, laquelle leur appartient.

  Depuis quelques mois, j'avais pris l'habitude des rispostes systématiques contre les agressions systématiques elles aussi, et avait fini par focaliser sur une en particulier, le déclenchement provoqué du cycle du frigo, lequel ne manque pas de se mettre en branle entre 50 et 100 fois par jours pour la plus grand joie des harceleurs dont l'occupation favorite consiste à suivre mes déplacements dans le logement.

  Etant donné qu'il est impossible pour n'importe quel être humain normalement constitué, de rester statique 24h/24h et 7J/7j, les harceleurs ont trouvé très pertinent dès le début de mon emménagement, de "punir" le moindre de mes mouvements, le déclenchement du frigo étant devenu avec le temps, leur marque de fabrique préférée, s'assurant ainsi une domination sans équivoque, car le pouvoir de provoquer le déclenchement du frigo d'une voisine, n'est pas à la portée de tous, n'est-ce pas ?

  D'où la satisfaction exacerbée de crétins croyant détenir ainsi la toute-puissance tant quêtée, saisie enfin par l'apparition d'une femme, seule, et que toute idée de dominer dégoûte. Plus pratique vous me direz, pour celles et ceux qui ont fait d'une dictature un sacerdoce. Toujours est-il que j'ai riposté aux multiples déclenchements du frigo, sans faillir pendant des mois, de manière spontanée au départ, pour finir par prendre toute la mesure de ces rispostes débiles, et m'apercevoir que si je continuais ainsi, j'allais devenir au moins aussi crétine que les harceleurs.

  J'ai donc calé une date de fin quant à ces ripostes en particulier. Auparavant, j'avais fait un cauchemar comme j'ai coutume d'en faire dans ce logement aussi sordide qu'hostile, jusqu'à ce qu'une voix me chuchote dans mon rêve agité, de leur donner à manger ce qu'ils veulent. C'était vrai. Stopper les ripostes quant au frigo, confortent les harceleurs dans leur stupide rôle de dominants. "Elle obéit, c'est bien", chantonne leur cerveau amputé de l'essentiel, sécrétant comme tout pervers j'imagine, ce plaisir puant acquis dans la soumission d'autrui, et comme pour tout bon autocrate qui s'entend.

  Seulement voilà, l'arrêt brutal des rispostes peut aussi éveiller quelque frustration sous la tête molle des broyeurs de vie, lesquels multiplient dans un premier temps les hostilités, pour voir si la gueuse que je suis a bien saisi qu'elle n'avait pas le droit riposter, pour ensuite se transformer en agacement, étant donné que l'absence de réplique peut aussi migrer suivant l'interprétation qu'on en fait, en une sorte de dédain prémédité. "Elle nous ignore ma parole !", se disent alors les sadiques en peine de jouir, avec en tête je suis une légende, alias le flagorneur (harceleur invétéré), en pleine tempête cérébrale, ou plutôt décérébrale.

  Je ne possède malheureusement pas cette addiction au nuire, dont sont totalement dépendants celles et ceux qui me maltraitent. Disons que je peux me passer de riposter si je le veux, alors qu'eux ne peuvent manifestement pas se passer de m'agresser même qu'ils le voudraient.

  Bref, leurs chaînes sont bien plus entravantes que les miennes. Je peux encore avoir des accès de colère bien sûr, mais contrôlables, et cela n'est pas vraiment supportable pour celles et ceux qui ont tant espéré que je dérape. Je peux maîtriser mes accès, légitimes à toute personne brutalisée comme je le suis, alors que les agresseurs ne cessent de s'enchaîner aux actes hostiles, leur haine étant comme scotchée à ce petit matériel providentiel dont ils sont devenus les esclaves. Même si je finis par mourir des ces mauvais traitements, je ne suis pas sûre que mes bourreaux puissent crier victoire aussi facilement. La privation intentionnelle de sommeil aura ma peau, c'est certain, et puis quoi ?

 

Foucault

 

Posté par Elea_proscrite à 15:33 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juin 2018

L'instant de gloire d'une teigne

  Grosse décharge dans la tête durant une tentative de sieste en début d'après-midi. Encore un pion, ou une, qui a raté le casting de Koh Lanta ou d'un télé-crochet quelconque, et dont la minute de gloire lui aura furieusement fait défaut, le mieux encore étant de la trouver ailleurs cette minute, en harcelant éventuellement, plus facile aussi et super rentable au niveau du plaisir pris, du pouvoir et de la domination exercée sur autrui, de préférence démuni autrui, sinon risqué et pas rigolo.

  Insupportable pour la donzelle ou le zozo en mal de reconnaissance de ne pas laisser sa trace. A moins que je ne me sois trompée, et qu'une poussée de prurit l'ait démangée au point de se venger sur moi, puisque je suis la cause de tous les maux de cette milice familiale immaculée, n'est-ce pas ?

  Bref, toute raison est viable pour la bonne jouissance des crapules. Il faut rendre grâce au petit pois qui court sous le crâne de celui, ou celle qui m'a envoyé le bon tir d'ondes électromagnétiques de faire selon ses moyens, si pleutres soient-ils. Enfin, si le tir lui a permis pendant un instant de penser qu'il(elle) allait marquer l'histoire...

  Cela doit être merveilleux de pouvoir oeuvrer ainsi en étant soutenu(e) par le nombre. Moi, je ne sais pas faire. A la limite je peux me défendre seule contre plusieurs mais attaquer en nombre contre un seul ne fait pas partie de ma politique, et me sentir fière de petits actes crasses nécessitant un matériel adéquat pour se sentir un brin vivant, encore moins. Chacun sa vie, quoi qu'il en soit je préfère la mienne.

Posté par Elea_proscrite à 19:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

07 juin 2018

Se laver les cheveux

  Facile pour des personnes en pleine forme, plus difficile pour les personnes âgées, et pour les personnes privées de sommeil par harcèlement électromagnétique, un calvaire. Je l'ai déjà dit, quand on est privé de sommeil de manière drastique et que le sadisme des harceleurs est distillé mesurément afin que vous ne trépassiez pas trop vite, les symptômes sont multiples, le plus difficile étant de gérer les vertiges.

  Bouger la tête dans ce cas devient un exercice de style, surtout pour les personnes qui ont les cheveux longs. Passer de l'eau sur le cuir chevelu soulage, le problème c'est quand cela s'arrête, la tête pèse déjà une tonne, avec les cheveux mouillés on peut en rajouter une autre de tonne, difficile de tenir debout à ce moment dangereux en raison d'un équilibre branlant.

  Le shampoing sec est un bon palliatif mais il a ses limites. Bien sûr, il convient d'ajouter à ces épisodes critiques, les baisses de vue successives, le gonflement du ventre entraînant douleurs abdominales (je rappelle qu'une bonne digestion se fait durant les périodes de repos), les pertes de mémoire immédiate, la capacité de concentration à peu près nulle, douleurs musculaires atroces, etc. Tout cela pour assouvir le paisir pervers de toute une gentille famille dont je briserais le petit confort.

Posté par Elea_proscrite à 19:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2018

Toute la nuit... Je m'en doutais

502944-iStock-492597439

  Je n'en attendais pas moins, du (de la) propriétaire de la polo garée devant ma fenêtre depuis vendredi soir. L'ordure s'est lâchée la nuit dernière, et probablement que je ne la verrais pas repartir, sa lâcheté lui interdisant de m'affronter de visu, surtout sans son petit matériel à la main. Quand l'heure de la fin de son intendance, sous-entendu de ma torture, aura sonné, elle laissera la place à Monseignôre et son ego démesuré, dixit le flagorneur, lequel réintégrera ses pénates.

  Trois années de courriers anonymes paieront peut-être, à force. J'y mets du temps chaque fois, et la forme aussi. Je m'applique jusqu'à la moindre virgule, en espérant que la réitération de ce qu'on me fait jouera en ma faveur sur la durée. Un fou n'est pas cohérent bien longtemps, une personne dérangée passe du coq à l'âne dans ses propos lesquels bien souvent sont décousus. Pour ma part, cela fait trois années que je m'en tiens scrupuleusement aux mêmes déclarations dans mes courriers. Je ne varie pas d'un yota, le but étant l'intégration par les autorités du terme "harcèlement électromagnétique" comme étant une agression existante et fondée.

  Je joins des photocopies quand je le peux, des liens, lesquels me semblent cohérents également. Des nuits comme celles qui viennent de passer, paradoxalement font glisser les arguments plus facilement. La colère est telle que le matin agit comme une expulsion, une sorte de purge de la torture subie durant la nuit. Malgré la fatigue, les douleurs dûes au tirs de laser récents (orteils, doigts de la main, pubis), les tirs d'ondes électromagnétiques dans la tête pour me faire perdre la raison, enfin, les besoins d'uriner provoqués par le(la) sadique du moment (problèmes rénaux à la clé), ma détermination à prouver ce qu'on me fait se trouve renforcée à chaque épisode de ce genre. Je veux croire que les mots suffiront, même si cela paraît très naïf.

  Le plus difficile sera encore de prouver que les éxécutants, sous-entendu, les harceleurs ponctuels n'habitant pas là, ont été peut-être les plus féroces dans la torture. Ils se sentent intouchables en raison de leur non-appartenance au lieu, comme si tuer en dehors de chez soi nous préservait des lois. Je pense plus que jamais qu'un terrain favorable, c'est-à-dire, un bon endroit au bon moment avec le,la,les bonne(s) personne(s), ces trois critères fondamentaux réunis, seront seuls en mesure de faire éclater la vérité sur ce que nous subissons.

  A première vue, cela relève de l'exploit de concilier ces trois éléments essentiels mais ce n'est pas impossible, si c'est le cas, ce travail en amont auquel nous nous accrochons pour témoigner de l'innomable et si difficile à croire pour le moment pour le plus grand nombre, coulera de source. J'ai souvent pensé que le harcèlement électromagnétique et/ou en réseau était comme un puzzle gigantesque dont il fallait réunir toutes les pièces pour savoir ce qu'il représentait, sans modèle au préalable pour nous aider. Alors, on verra bien. Le temps est de notre côté. De toute manière, que peut-on perdre de plus au point où nous en sommes ?