Il existe trois catégories de persécuteurs dans le harcèlement collectif dont je suis la cible, les harceleurs ultra-actifs et premiers concernés par mon odieuse présence de femme seule et forcément indésirable pour une meute en mal de gloire, les harceleurs proches des premiers, composés d'éléments familiaux, frères, sœurs, oncles, tantes, cousins, et d'amis, enfin les harceleurs ponctuels, investis de manière diffuse, et pas forcément conscients du désastre qu'il peuvent générer, en raison de leur complicité le plus souvent passive, même si ils ne sont pas contre donner un coup de main de temps à autre, histoire d'appartenir au nombre.

  Cette dernière catégorie est souvent composée de voisins, râtissés à la cause des harceleurs principaux par ces derniers, se chargeant de les rallier en flagornant à leur côté et oeuvrant habilement afin de s'attirer tout le capital sympathie du quartier. La dernière fois que j'ai vu mon très cher voisin ultra-actif dans ma maltraitance, et expert dans la torture high-tech, il était au milieu de la cour, vêtu tout de blanc sous le soleil, en plein travail, c'est-à-dire en pleine discussion avec un voisin. J'ai cru sur le moment à une apparition, telle l'immaculée conception plantée au milieu de cette cour bétonnée, le blanc intégral de son survêtement dénotant avec le gris du lieu. Je lui aurais bien demandé sa marque de lessive, mais me suis contentée de le regarder sourire, en pensant à cette fameuse expression du "Bon Dieu donné sans confession", le blanc de sa tenue aidant quelque peu à l'allusion.

  Au moment où j'écris ces mots, mon frigo multiplie les cycles grâce à un ou une crétine se chargeant d'intéragir au-dessus de ma tête sur tout le matériel électrique de mon logement, avec j'imagine un petit boîtier prévu à cet effet. Fi donc de penser de telles choses en 2018, n'est-ce pas ? Comment croire à l'heure du médicament connecté, des impulsions électriques provoquées dans le cerveau pour détruire une tumeur, ou du soda payé avec une puce électronique sous le doigts, qu'on puisse penser un seul instant que des voisins suffisamment malveillants puissent utiliser un matériel high-tech, afin de perturber tout le système électrique d'un logement, et torturer quelqu'un à distance ?

  Impossible ? Alors la wi-fi n'existe pas, c'est une invention, les champs électromagnétiques non plus, ni les brouilleurs d'ondes, suis-je bête d'oser penser de telles choses... Pourtant, à ce moment précis, au-dessus de ma tête une bêcheuse ou un mâle de la même espèce, en mal de reconnaissance, profite de sa piteuse minute de gloire, minute démultipliée depuis quatre années maintenant, en exerçant son petit pouvoir crasse de citoyenne ordinaire, confite d'aise, après avoir durant la nuit brisé l'intimité d'une autre femme, à distance là aussi, c'est tellement plus simple.

Ci-dessous, images de personnes ciblées via un site en espagnol. Merci à Mulan Fa, ciblée en France, d'avoir transmis ces images.

http://www.stopeg.es/targeted_individual_from_spain.php

img_attacks_es_victim_es1_0002

img_attacks_es_victim_es1_0003

img_attacks_es_victim_es1_0006