01 avril 2019

Les banderilles invisibles

   Dans le monde de la tauromachie le mot trastos correspond au matériel que l'on donne à un homme, une fois ce dernier devenu matador. Ledit matériel est composé de piques, ayant pour but dans un premier temps d'exciter le taureau en le ciblant au garrot, ensuite de provoquer des hémorragies et un épuisement plus rapide. Dans un second temps, on utilise des banderilles afin de cisailler les nerfs, toujours au garrot, de manière à ce que le taureau n'ait plus les moyens de relever suffisamment la tête pour charger. Pour... [Lire la suite]

13 mars 2019

Eructations en folie

   Moi aussi, je suis au-dessous des 7 heures, très largement même, depuis plus de six ans maintenant, et ce n'est pas en raison d'écrans allumés trop longtemps, ni d'un travail aux horaires décalés. A l'instar de centaines d'autres personnes en France, mon sommeil est rompu en raison d'individus profondément malveillants m'envoyant des tirs d'ondes électromagnétiques dans le crâne et dans tout le corps à un rythme soutenu. Malgré toute la subtilité qu'ils déploient parfois, selon quel pion est aux commandes, aucun répit... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 17:07 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2019

Mener à la démence ?

   C'est sans doute le but de la privation intentionnelle de sommeil, à défaut de tuer dans le temps imparti. J'entends dans un documentaire télévisé qu'une des causes des erreurs judiciaires, ce sont les aveux extorqués grâce à la privation de sommeil lors de gardes à vue menées de manière particulièrement brutale. On peut intimider, molester, voire frapper un individu, si celui-ci est innocent, il peut tenir le coup. En revanche, si on le prive de sommeil il a peu de chance de sauvegarder sa solidité mentale, et avouera... [Lire la suite]
13 février 2019

Les mille et un visages de la vermine

   C'est ce qui permet au harcèlement en réseau de se distiller au travers de tout un panel de profils criminels, même les plus insoupçonnables. La traque d'invididus ciblés (targeted individuals)* se perpétue donc de manière indétectable, par l'intermédiaire de la petite frappe locale, en passant par tout un prisme de crétins ordinaires, prêts à tuer pour une broutille, donc une manne illimitée, et allant jusqu'à la gentille petite famille bien sous tout rapport. Cette persécution touche également tout un panel de cibles,... [Lire la suite]
07 février 2019

Modus operandi des harceleurs

   Ce n'est pas seulement le matériel aussi inaudible qu'invisible (quoique), et qui consiste à m'envoyer des tirs d'ondes électromagnétiques dans le crâne, qui se révèle être d'une redoutable efficacité dans le harcèlement, c'est également le relai incessant des différents protagonistes s'adonnant à ce petit jeu assassin. Je travaille de moins en moins en raison des conséquences désastreuses que ce petit jeu génère sur ma santé, mais du coup les harceleurs sont forcés de multiplier les relèves, logique !  ... [Lire la suite]
04 février 2019

Clic... clic... clic... clic...

   C'est généralement ce qui se déclenche sous mon crâne une fois ma tête posée sur l'oreiller, un clic que moi seule peut percevoir puisqu'il est intracrânien, clic qui laisse également présager les premiers tirs d'ondes électromagnétiques qui interviennent environ 20 minutes plus tard, en pleine phase d'endormissement afin d'empêcher le sommeil, pour sûr ! Si ça ce n'est pas de la perversité, j'aimerais qu'on m'explique.    Aussi, contrairement aux deux précédentes nuits, relativement calmes en matière... [Lire la suite]

20 janvier 2019

"Bonne année" d'un joueur de pipeau

   Depuis début janvier, et après m'avoir massacrée chaque début de semaine, les harceleurs semblent cependant lever le pied, du moins en ce qui concerne les nuits. Le jour, les hostilités continuent mais de moindre manière là aussi, les tirs d'ondes électromagnétiques sont moins fulgurants, quoique les douleurs persistent. Peut-on hiérarchiser une douleur après qu'il nous semble l'avoir ressentie à son comble ? Et comment l'appréhender à sa juste mesure, alors que de longues années de brutalité nous ont, en quelque... [Lire la suite]
12 décembre 2018

Effroyables calculs

   Un des hobbies favoris des harceleurs est de faire ronronner, via enregistrement, le moteur d'une voiture, ou entendre un claquement de portière dès que je passe devant ma porte d'entrée. Cela ne paraît pas grand chose dit comme ça. D'un point de vue mathématique, c'est déjà plus parlant.    J'ai calculé que cela fait 53 mois que je réside en ces lieux délétères, soit 1600 jours environ. Si j'élimine les quelques semaines d'absence auxquelles j'ai droit par année, il reste une moyenne de 1450-1480 jours durant... [Lire la suite]
29 novembre 2018

Picadilles nocturnes

  Aucun tir d'ondes intracrânien dans la nuit du 27 au 28 novembre dernier, le ou la pion(ne) m'avait réservé un autre traitement. Généralement, dès que je pose ma tête sur l'oreiller au moment du coucher, la fatigue m'envahit et les premières décharges arrivent afin de retarder l'endormissement. Suivant l'humeur, la disponibilité, la personnalité, le degré potentiel de sadisme et/ou de perversité du pion trônant au-dessus de ma tête à ce moment là, soit la nuit est ponctuée de quelques tirs modérés jusqu'au petit matin, soit... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 17:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 novembre 2018

Rendre visible l'invisible

   Pour s'adonner à la rédaction d'un livre, il est dit qu'il faut du temps, du silence, et de la concentration. Je crois bien n'avoir jamais pu bénéficier d'aucun de ces trois critères, sans compter qu'être écrivain ne s'invente pas ni ne s'improvise. C'est donc avec une bonne année de retard que j'ai enfin  envoyé dans diverses maisons d’édition une version  de mon blog, remanié moult fois, sans jamais parvenir à la satisfaction pleine et entière d'avoir fait du bon travail. Disons que j'ai fait ce que j'ai pu,... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 19:46 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,