19 mai 2019

Le tas

   Le sadisme, ce jour-là, avait une forme noire et trapue, grossière, la tête enfoncée dans un cou semblant dépourvu d'épaules. De loin, j'observais cette masse penchée très probablement sur un téléphone. Je l'avais déjà aperçue plusieurs fois mais jamais de près, j'aurais pourtant bien voulu plonger mes yeux dans ceux de ce bipède qui m'avait, une fois de plus, mitraillé la tête de tirs d'ondes éléctromagnétiques. C'était dans la nuit du 16 au 17 mai dernier, les tirs intrâcraniens n'avaient pas été douloureux mais... [Lire la suite]

07 février 2019

Modus operandi des harceleurs

   Ce n'est pas seulement le matériel aussi inaudible qu'invisible (quoique), et qui consiste à m'envoyer des tirs d'ondes électromagnétiques dans le crâne, qui se révèle être d'une redoutable efficacité dans le harcèlement, c'est également le relai incessant des différents protagonistes s'adonnant à ce petit jeu assassin. Je travaille de moins en moins en raison des conséquences désastreuses que ce petit jeu génère sur ma santé, mais du coup les harceleurs sont forcés de multiplier les relèves, logique !  ... [Lire la suite]
08 janvier 2019

Le charcutier

  C'est le surnom que j'ai donné au ou à la tortionnaire de la nuit dernière, bref, un pion, lequel à ce niveau de médiocrité n'est pas vraiment genré. Un bipède doté malheureusement d'un cerveau, auquel on accordera plus d'intelligence qu'à un primate parce qu'il est parfaitement campé sur ses deux jambes, logique totalement injuste mais bel et bien réelle.   Le charcutier, donc, s'est appliqué la nuit dernière à m'envoyer autant de décharges électromagnétiques que mes nombreuses tentatives d'endormissement, soit environ... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 12:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2018

Le pion à la voiture carrée (suite)

       C'était lui qui était de faction ce lundi 12 novembre en début d'après-midi, dans le logement au-dessus de ma tête, prêt à envoyer les décharges électromagnétiques si j'osais m'assoupir, sachant que la nuit précédente avait été blanche. Voilà qui en dit long sur la propension au sadisme du personnage. Cela tombe mal pour moi, ce type a du temps à tuer. Le pion à la voiture carrée, c'est blingbling (harceleur en chef) en plus vieux. A partir de ce moment, on peut légitimement se demander si ledit sadisme... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 octobre 2018

Survivre à la nuit

   Demi-tour à droite-droite ! C'est ce qu'a eu pour effet un tir d'ondes électromagnétiques particulièrement violent, envoyé vers l'épaule. Tout le haut de mon corps s'est alors retourné de manière incontrôlée. C'était dans le nuit du 18 au 19 octobre, sachant que celle du 16 au 17 était déjà blanche, voilà qui a clotûré une semaine dantesque en manière de torture électronique, de jour comme de nuit. Hier matin, le lever de soleil avait une saveur particulière, et l'impression pour moi d'avoir réussi à passer la... [Lire la suite]
01 octobre 2018

Banalité de l'acte tortionnaire

   Une personne ciblée par tirs d'ondes électromagnétiques peut avoir des maux de tête générés par ces mêmes tirs, de même que des virus apparents à ceux de la grippe ou de la rhinopharyngite, voire plus. Ces problèmes de santé peuvent aussi survenir indépendamment du harcèlement, ce qui fait que mathématiquement, toute cible a au moins deux fois plus de risques de tomber malade qu'un individu généralement en bonne santé, et non victime d'acte de malveillance de ce type. En y ajoutant des défenses immunitaires rendues quasi... [Lire la suite]

02 août 2018

La reprise

  Après avoir séjourné dans un monde "normal", le retour à un harcèlement du type de celui que mes voisins perpétuent contre moi n'est jamais simple, car il faut chaque fois que le cerveau se réadapte à une privation intentionnelle de sommeil, et le corps tout entier à des attaques répétées, aux douleurs et autres démangeaisons ponctuant un quotidien inepte.   Les deux premiers jours, j'ai décidé de laisser les hostilités se remettre en place sans riposter, histoire d'appréhender l'ambiance d'un nouvel œil. La reprise de la... [Lire la suite]
05 avril 2018

Dans la tête du flagorneur*...

  …trônant sur son balcon comme un seigneur sur son trône. C'est comme cela que m'est apparu hier celui qui me fait la bise, le seul à qui j'ai demandé textuellement si c'était lui qui me harcelait, et qui avait trouvé alors mes propos un tantinet agressifs. "Pourquoi tu me sautes dessus comme ça ? Je ne te fais rien moi !".   N'empêche qu'après quatre années de maltraitance et d'hostilités sortant tout droit de ce trou gigantesque du 1er étage, servant de logement aux harceleurs, il a bien fallu se rendre à... [Lire la suite]
13 mars 2018

Monseignôre le harceleur

  Hier soir, j'ai encore péché en ayant le malheur de chantonner. Le pion du moment, et probablement seigneur du bunker au-dessus de ma tête, a ce qu'on appelle tiquer sur ma fredonnette, en perpétrant un puissant clic audible sur mon pauvre chauffe-eau*, survivant tant bien que mal à ce traitement. Sur ce, je répliquai en disant courtoisement au harceleur, à travers le mur bien sûr, que ce n'était pas de ma faute si je n'avais pas une voix de ténor mais plutôt de casserole et ajoutai que cela lui ferait du bien à lui aussi... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mars 2018

Torture à distance, hypothèse sur les sensations des bourreaux

  Qu'éprouvent les individus qui me harcèlent lorsqu'ils m'envoient des décharges à distance ? Que se passe-t'il à ce moment au sein de leur cerveau de citoyen ordinaire ? Le harcèlement électromagnétique diffère des autres formes de torture, et adjuge à la lâcheté un caractère paroxysmique, en ce sens que les tortionnaires ne voient pas leur victime de visu, leurs yeux ne croisent pas les miens, ce qui permet de les distancier de ce qu'ils font, et de minorer la gravité de leurs actes.   En 2010, des producteurs ont eu la... [Lire la suite]