15 mai 2017

Manifestation contre le harcèlement électromagnétique

Enregistrer
Posté par Laproscrite à 15:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

16 février 2017

Une sinistre banalité

  L'autre fois, je repensais à ces faits divers récurrents, meublant en de sombres entre-filets, les Unes politiquement insipides des différents journaux offerts aux yeux soit blasés, soit révoltés des “honnêtes citoyens” que nous sommes. Je remarquais que le plus souvent les crimes par arme blanche sont provoqués par des coups de couteaux multiples, d'où les titres au nombre extraordinaire de coups portés, comme si en multipliant son acte, l'auteur tentait de tuer aussi l'assassin en lui, seul façon de supporter l'insupportable.... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 janvier 2017

Un crime

Enregistrer
Posté par Laproscrite à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 janvier 2017

La blague qui tue

  Panayotis Pasco fait des blagues aux gens dans la rue, c'est son job, sauf que ce qu'il croit être une blague dans la vidéo ci-dessus, anodine en apparence, censée même être rigolote pour tout le monde, n'en est pas une, et celui qui l'a pensée, ignorant manifestement que ce qui relève pour lui et le plus grand nombre de la fiction, est d'une triste réalité. Malheureusement, Panayotis est bien en-deça du pire dans cet extrait où il « fait croire » à une femme qu'il est « désormais » possible d'envoyer des ondes à partir de... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 10:41 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2017

De la cohérence

Procès de Galilée   Réussir à rendre compatible la cohérence avec l'innommable n'est pas un exercice aisé, pour la bonne raison que le premier mot relève d'une certaine logique, et d'une homogénéité avec les faits qui contredisent bien souvent la manière dont agissent ceux qui nous maltraitent, et parce que le mot innommable veut bien dire ce qu'il veut dire, inqualifiable, et qu'on ne peut nommer, en dehors des chemins balisés par la société, et ce qu'elle reconnait comme violence.   C'est pourtant ce qu'il incombe de... [Lire la suite]

15 décembre 2016

Le pion du jour

  Réussi tout de même à faire une petite sieste, et mieux dormi la nuit dernière. Peut-être qu'après tout ma radio dérange les harceleurs. Bien évidemment j'ai eu droit à quelques tirs d'ondes électromagntiques durant mon trop bref petit somme par le pion du jour, en l'occurrence ce qui semble être un retraité que je me suis empressé de filmer à la fin de ma sieste, et qui est resté toute la nuit fracassante du 13 au 14 décembre dernier.   En regardant dans mes archives, je me suis aperçue que ma caméra, légale – je... [Lire la suite]
14 décembre 2016

Tirs sur l'ambulance

  La nuit dernière je me suis couchée quasi paralysée du dos et des reins en particulier, suite à un faux mouvement, et aussi bien sûr, à des années de maltraitance, les deux étant liés. Du coup, le, la, les harceleur(s) de service en ont profité pour m'inonder toute la nuit de tirs d'ondes électromagnétiques, provoquant retournements multiples dans le lit, avec bien sûr une douleur croissante d'un dos incapable de repos.   D'habitude, je saisis quelques micro siestes au vol, mais là, cela me fut impossible. Bien sûr... [Lire la suite]
12 décembre 2016

Les jours se ressemblent...

   ... les nuits également.   Quelquefois j'ai l'impression d'être une marionnette entre les mains des harceleurs, alors que ces derniers, suivant leur bon vouloir, décident ou non de m'envoyer des tirs d'ondes électromagnétiques, plus seulement vers la tête, mais partout sur le corps, peu importe où, du moment que cela me touche.   Ils ne me visent plus vraiment, en fait, ne prennent plus ce temps, et tirent où bon leur semble, comme si ils avaient autre chose à faire. Il est vrai que les fêtes arrivent, et... [Lire la suite]
09 décembre 2016

Ondes douloureuses

    La nuit dernière, j'ai eu droit à différents tirs d'ondes électromagnétiques suffisamment douloureux pour que je mouline des deux pieds pendant un bon moment. Du coup, j'ai fini par me lever et aller voir dehors ce qu'il en était. Il devait être deux heures du matin, et je n'ai pu que constater l'hypocrisie de la nuit, la tranquillité du quartier, et ma maltraitance muette installée en plein milieu de cette petite copropriété criante de sainteté. Forcément, le ou la pleutre trônant au-dessus de ma tête se trouva fort... [Lire la suite]