10 mars 2016

Lettre au Président de la République

   XXXX, le 10 mars 2016   Objet : Harcèlement Requête : Proposition de loi contre le harcèlement électromagnétique                         M. le Président de la République,     « Parce que c'est insupportable. Parce que c'est indigne. Parce que c'est scandaleusement banalisé. Parce qu'aucune femme ne doit rester seule face au harcèlement d'où qu'il vienne, au bureau, dans la... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 15:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 mars 2016

Délimiter l'intention du pur hasard

  Sauvegarder cet équilibre fragile qui sépare l'individu ciblé de la paranoïa, relève bien souvent du tour de force, et de l'effort permanent déployé à déjouer les préméditations malsaines des harceleurs. Je persiste, pour ma part, à tenter constamment de délimiter la part hasardeuse de la préméditation, le harcèlement ne cessant de se noyer parmi le nombre incalculable de coïncidences ponctuant mon quotidien.   De faux cris de goélands, de faux claquements de portières, de faux ronronnement de moteur, de faux avions... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 11:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2016

La haine du poltron

  Jeudi matin quand j'ai fait mon lit, il y avait du dépôt de plâtre dessus, ou de fines particules de peinture, comme lors des tous premiers tirs d'ondes. Soit ces derniers sont tellement puissants que le plâtre de mon plafond en pâti tout comme ma tête, soit "sans-couilles*" est remonté sur le toit de ma chambre afin d'améliorer le matériel servant à me torturer.   Toujours est-il que la nuit dernière fut mémorable en matière d'assaut, à tel point qu'il m'est impossible de parler d'ondes électromagnétiques alors que mes... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 19:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 mars 2016

Normalité accidentelle

  Chaque fois que je sors de chez moi, il me suffit de quelque pas pour entamer la grande artère expulsant tous les matins de ses innombrables immeubles, un flot d'inconnus ne voulant pas forcément mon bien, mais ne me souhaitant pas de mal non plus. C'est pourquoi j'aspire au tournant de la rue qui m'éloigne de toute hostilité, une grande goulée d'oxygène, me noyant dans cette neutralité comme dans un bain de jouvence.   Je vois des gens sortir de chez eux en claquant la porte, des enfants dévaler des escaliers dans un... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 18:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
27 février 2016

Rétrospectives électriques

  C'est intéressant de constater qu'à peine après avoir inventé un système lui permettant plus de confort, l'homme n'a eu de cesse par la suite d'utiliser ce même système contre son congénère. L'électricité en est un exemple foudroyant, si je peux me permettre.   En effet, en 1880, Thomas Edison venait à peine d'inventer la lampe à incandescence qu'il eut la lumineuse idée de fabriquer une superbe chaise, électrique s'il vous plait, afin que le condamné à mort aux Etats-Unis connaisse soi-disant une fin moins barbare que la... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 16:01 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2016

Effet de groupe

  C'est ce qui fait la toute-puissance du harcèlement, quand le sentiment d'appartenance donne des ailes, et conduit aux comportements les plus excessifs. C'est étrange, plus la société tend vers un type individualiste, plus l'effet de groupe semble avoir sa part de gloire dans toutes sortes d'excès, comme si l'isolement était une faute, alors qu'il est le plus souvent subi. Le besoin d'appartenir et d'être intégré franchirait donc plus aisément les barrières déontologiques, balayant du même coup toute pensée individuelle et... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2016

Du rejet...

  Une seule personne m'a dit bonjour à mon arrivée dans ce logement, et a continué de me saluer, sans trop, semble-t'il, se préoccuper de ce que l'entourage pouvait bien en penser. Je me suis souvent dit que cet homme dont la femme est handicapée, devait en avoir essuyé au kilo du rejet, et de la stigmatisation, en raison de la situation de sa femme, ce qui expliquait pour moi, au moins en partie, sa résistance quant au nombre à ne pas faire de moi une paria. Depuis quelques jours cependant, je l'ai surpris plusieurs fois à... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 15:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2016

Dites-le avec des fleurs !

  Après avoir été réveillée toute la nuit du 17 au 18 février dernier par des ondes électromagnétiques ininterrompues, en rentrant du travail le lendemain de ma nuit assassine, j'ai acheté des fleurs ! Je ne peux pas me le permettre trop souvent, mais c'est chaque fois doublement jouissif, déjà parce que les fleurs c'est joli, cela met un brin de soleil dans mon univers carcéral, et ensuite, j'ai remarqué que quand je ramenais des fleurs chez moi, aucune manifestation d'hostilité, chérie par mes harceleurs, n'intervenait.... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 février 2016

Même pas mal !

  Les tirs d'ondes ont recommencé la nuit dernière. Bien sûr, je pourrais me dire que mes harceleurs ont lu mon dernier billet, et ont estimé qu'il était plus que nécessaire de reprendre le travail. C'est évident que si l'on décrit au sadique qui vient de nous torturer le bien-être ressenti après coup, il va recommencer de plus belle. Pourquoi ? Parce qu'il est sadique tout simplement. Cela dit, au moment où je mentionnais les bienfaits du repos retrouvé, je savais déjà que les ondes allaient retomber, parce qu'il n'y a... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 15:05 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2016

Calme blanc

  10 nuits sans quasiment aucune onde électromagnétique venant assaillir ma pauvre tête, et autant de jours sans aucune voiture garée de manière intempestive sous mes fenêtres. Tout s'est arrêté d'un coup, comme un grain de sable viendrait enrayer une mécanique assourdissante, comme si une usine entière avait été désertée de son fourmillement habituel, ouvriers et machines absents.   Les premiers jours, ce silence soudain interpelle comme le calme avant la tempête, puis au fil des jours, on finit par y croire. Le printemps... [Lire la suite]
Posté par Laproscrite à 15:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :