Ce n'est pas seulement le matériel aussi inaudible qu'invisible (quoique), et qui consiste à m'envoyer des tirs d'ondes électromagnétiques dans le crâne, qui se révèle être d'une redoutable efficacité dans le harcèlement, c'est également le relai incessant des différents protagonistes s'adonnant à ce petit jeu assassin. Je travaille de moins en moins en raison des conséquences désastreuses que ce petit jeu génère sur ma santé, mais du coup les harceleurs sont forcés de multiplier les relèves, logique !

   Aujourd'hui, c'était donc celui que j'appelle le pion à la voiture carrée qui rempilait, afin de me surveiller pendant ma tentative de sieste, et éventuellement m'envoyer quelques décharges du haut de son incommensurable lâcheté. Avant d'être pion (pour rappel, individu lobotomisé à la gloire du groupe), ce dernier était un être pensant, disons qu'il avait encore la liberté individuelle de penser, il pouvait considérer que telle chose était morale et telle autre non, il possédait son propre libre-arbitre, bref, c'était un être humain dans la forme et dans le fond. Malheureusement, il n'en possède plus que la forme, et encore. Pour décrire physiquement le pion à la voiture carrée, il faut imaginer une brique sur pattes, un type à la carure imposante, planqué dans une voiture carrée, donc, et visiblement ayant du temps à tuer.

   Ce type se fait ch.., pour parler clair, c'est marqué sur son visage opaque, sans expression, quasi-absent du monde qui l'entoure. Enfin, il fait son boulot, point barre, en l'occurrence venir en début d'après-midi lorsque je suis chez moi pour perpétuer son petit massacre. Envoyer des décharges électromagnétiques dans la tête d'une femme seule, la faire tousser, lui provoquer des tremblements sous-cutanés à distance s'il vous plait, est un travail qui n'est pas banal, et qui ne semble pas déplaire à Mônsieur la brique. Cela pourrait même lui donner un sentiment d'importance, car ce n'est pas donné à tout le monde de pouvoir intéragir à distance sur le corps de quelqu'un. Alors c'est le top !

   Quoique concernant ce pion, et contrairement aux jeunes donzelles qui assurent parfois le relai, j'ai l'impression que la minute de gloire ne l'intéresse pas plus que ça, non. Pour lui il semble y aller d'autre chose, une sorte de mission à effectuer, comme on en fait en intérim, mais sans être payé à la fin du mois, pas de satisfaction particulière, effectuer une intendance sordide comme une sorte de service rendu à quelqu'un avec lequel on possède un lien filial, est peut-être pour lui la raison finale de tout. Voilà qui semble plus réaliste pour ce proche cousin du droïde mais je peux me tromper. Savoir ce qui se passe sous le crâne d'un pion est un peu comme ouvrir une huître et chercher où se trouve la tête, on me pardonnera donc d'éventuelles erreurs de diagnostique.

   Enfin, la nuit dernière les harceleurs m'ont laissée dormir, après trois nuits quasi-blanches. Ce n'était pas pour mes beaux yeux, ni par empathie, encore moins par pitié, non, juste pour éprouver cette satisfaction du pouvoir ultime. Pour en arriver à cet état, il ne suffit pas seulement de faire sentir à sa proie qu'on a le pouvoir de mort sur elle, mais aussi celui de l'épargner. Même les crétins savent cela ! Et puis il faut savoir aussi faire durer le plaisir, donc bien doser la brutalité, cela ne s'invente pas.

img-3

Valeurs et perception stéréotypée des groupes

Intéressante analyse sur  les stéréotypes et autres préjugés de groupes envers d'autres groupes (endogroupes, exogroupes) dans le lien ci-dessus. Bien sûr, ici la cible n'est pas la même que le sujet qui nous occupe, mais on y apprend encore sur la nature dite humaine.