Les pôvres petits bourgeois officiant dans mon harcèlement, s'agacent parfois de ma rebellion. Un bien grand mot quand on voit mon état, mais je continue de les héler à travers les murs, m'égosillant à dénoncer leur incommensurable lâcheté, leurs nombreuses tares, et autres manques jalonnant leur triste vie de persécuteurs, séquestrés par leurs propres nuisances.

   Quand j'ose anticiper les prochains tirs d'ondes électromagnétiques qui se chargeront d'altérer un peu plus ma santé, les hiérarques se figent, outrés de mon refus de me rendre à l'abattoir sans broncher. Leurs mains se greffent alors sur le matériel servant à distribuer leur brutalité, avec autant de hargne que leur orgueil en a pris un coup. Les décharges sont alors ininterrompues, à la mesure de leur frustration de dégénérés. J'ai l'impression que sans le matériel entre leurs mains, les harceleurs vont se mettre à pleurer comme un poupon sans son biberon, ou son doudou. Piteux.

   Ils se sont enfoncés si loin dans la lâcheté, qu'ils ne peuvent tout simplement pas faire marche arrière. En décuplant la maltraitance, ils ont l'impression que cela les lavera peut-être de la crasse qu'ils ont accumulés depuis plus de quatre ans maintenant à me martyriser. En utilisant un matériel qui ferait pâlir de honte tout homme donnant un tant soit peu de sens à la dignité, ils se sont enfoncés dans leur propre engeance. Sous leur crâne bouillonne la vengeance contre celle qui les a fait devenir ce qu'ils sont. Parce que bien sûr, c'est moi la coupable ! Pas un seul instant, ils ne remettront en cause une situation qui leur aura lourdement échappée en raison de leur médiocrité. Le mieux est encore de me prouver à quel point ils se moquent de ce que je leur dis en redoublant de voracité à mon encontre.

   Mais si rien ne les atteint, comment se fait-il qu'ils éprouvent ce besoin impérieux de me châtier avec autant de rage, quand j'ose les défier les mains nues, seule et désarmée ? Pas si simple d'assumer sa couardise. Les "je suis Charlie" de cet acabit ne génèrent décidément que nausée.

 

51oVuP6CV4L

Un livre sur le harcèlement électromagnétique. Pas encore lu pour ma part. Disponible sur amazon. Pour info La la voisin est une tueuse en série ayant officié au XVIIe siècle, et prétendue sorcière. Elle aurait tué plus de 2500 enfants (cela me semble beaucoup). En tous les cas, elle a un nom qui convient à sa description. En ce qui nous concerne Les les voisins, ne sont pas mal non plus dans leur genre, mais plus contemporains dirons nous.