Une personne ciblée par tirs d'ondes électromagnétiques peut avoir des maux de tête générés par ces mêmes tirs, de même que des virus apparents à ceux de la grippe ou de la rhinopharyngite, voire plus. Ces problèmes de santé peuvent aussi survenir indépendamment du harcèlement, ce qui fait que mathématiquement, toute cible a au moins deux fois plus de risques de tomber malade qu'un individu généralement en bonne santé, et non victime d'acte de malveillance de ce type. En y ajoutant des défenses immunitaires rendues quasi nulles en raison du harcèlement, on peut multiplier par trois le risque pour une cible de tomber malade par rapport aux autres individus généralement bien portants.

   Il en est exactement de même avec la traque permanente d'une cible quant à ses moindres faits et gestes. Il y aura toujours dans un environnement urbain, des bruits de perceuses au loin, des coups de marteau, aboiements de chien, cris d'enfants, d'oiseaux, claquements de portière, etc. le tout relevant du pur hasard pour le plus grand nombre, à part, là encore, pour les personnes ciblées jonglant sans cesse entre la coïncidence et l'acte volontaire, volontairement produit à des moments T, par des crétins dans le but de destabiliser leur proie. Incompréhensible pour quasiment tout individu étranger à ce type de harcèlement, terriblement réel pour celles et ceux qui le subissent au quotidien.

   Hier soir, j'ai été sujette à de violents maux de tête, provoqués, non pas directement par le harcèlement mais par un virus attrappé au hasard, qui aurait cependant pu être évité, si mes défenses immunitaires avaient été suffisantes et une bonne nuit de sommeil. Ce qui ne fut pas le cas. Couchée tôt en raison du marteau qui cognait sous mon crâne, et d'un coup de fatigue carabiné, j'espérais faire une bonne nuit et chasser ainsi ledit virus au loin, c'était sans compter sur des décharges électromagnétiques perpétrées dès mon endormissement, survenues aussitôt après avoir posé la tête sur l'oreiller, tant j'étais fatiguée.

   Ensuite, Monsieur laser s'y est mis, compagnon de route de plus en plus affectionné par les harceleurs, ces derniers apparemment ravis de jouer aux snipers à leurs heures, en visant toujours juste, et envoyant le faisceau aux endroits les plus sensibles pour plus d'efficacité.

   L'apparente frilosité de départ concernant les tirs, ou envois d'ondes douloureux, semble avoir laissé place à un engouement non dissimulé pour faire mal et s'en réjouir. Bref, là encore, les bourreaux ont fini par prendre leurs aises, s'auto-persuadant une énième fois que ce qu'ils font n'a rien de répréhensible. En effet, on en parle nulle part, personne n'est venu leur demander des comptes, le huit-clos familial encourageant les exactions, et les dédouanant de tout problème d'ordre éthique. On s'adapte à tout, de l'adaptation s'extrait la banalité, ou quand la torture a la même résonance que n'importe quoi d'usuel, voilà ce que cela donne, des centaines de personnes tentant de survivre sous des assaut aussi muets que brutes.

   Dans un pays sous régime dictatorial, personne d'extérieur ne s'étonne des nombreuses exactions commises envers le peuple, mais au moins s'en désole et s'autorise même une moue de réprobation, bref, on condamne en théorie, et c'est au moins ça. Ce qui pose problème, c'est le pays qui condamne ailleurs, et vante ici sa sacro-sainte démocratie, se revendiquant des droits de l'Homme, pays au sein duquel le citoyen ordinaire peut s'improviser dictateur et tortionnaire, en toute impunité. 

Lequel des deux pays est le plus hypocrite, le dictatorial ou le démocrate ?

 

Torture electro(1)