Hier soir, à peine couchée, deux tirs d'ondes électromagnétiques modérés ont visé deux parties de mon corps, les seins et le bas du ventre, désagréable mais pas douloureux. J'en ai déduis que les harceleurs avaient, soit lu mon blog, et particulièrement le billet concernant la bassesse de ce genre d'attaque, soit entendu mon dernier témoignage audio (je précise que je témoigne régulièrement sur dictaphone, en parallèle de ce blog), dans ce cas, la provocation était de mise.

  Il est évident, et j'en ai pleinement conscience, que toute agression qui sera à même d'atteindre une cible de manière plus agissante sur son affect, sera volontiers plus utilisée par les harceleurs, logique. Pour eux, viser les parties sensibles de mon anatomie, après avoir lu ou entendu mes propos sur le sujet, leur permet de jouer aux invincibles, d'affirmer leur impunité, et de me démontrer, comme si je ne le savais pas encore, à quel point ils se moquent de ce que je peux dire, ressentir, subir. C'est alors une grand joie pour eux de réitérer ce contre quoi je me suis insurgée, montrant là toute la petitesse dont ils sont capables. "Tu trouves cela gravissime ? Vois à quel point on se fout de ce que tu considères comme condamnable !".

  Généralement, l'acte malveillant se démultiplie suite à sa dénonciation, histoire pour les harceleurs d'assurer leur domination sur la cible, parader, nier sa souffrance, fouler au pied ses éventuelles mise en garde. C'est aussi ce qui est malheureusement en train de se passer dans le harcèlement scolaire. Ce dernier, malgré les campagnes d'information sur le sujet, et une loi en 2014, ne baisse pas, il est même en recrudescence.

   De petits malins, suite à la profusion d'informations sur le sujet, se dégourdissent et se lançent des défis de groupe pour nuire à une cible. On ne compte plus les "suicides-toi !" récurrent, et serinés sur les réseaux sociaux, avec pour but conscient, de parvenir à ses fins. Il y a encore quelques années, on pouvait espérer que les harceleurs en herbe n'étaient pas vraiment conscients de ce qu'ils provoquaient comme dégâts chez leur victime.

  Aujourd'hui, pour certains, ils sont munis d'un logiciel audio déformant leur voix, ce qui leur permet d'avoir plus d'effet sur une cible en lui envoyant des messages vocaux plutôt que des sms. Ils changent de carte sim régulièrement, et ces gamins sans même encore avoir de poils au menton, n'ont qu'une idée en tête, ruiner la vie d'une camarade de classe qu'ils auront choisie comme cible. La reconnaissance du harcèlement est à double-tranchant, il fait des émules et pas du bon côté de la force. N'oublions pas que dans Stars Wars, le héros d'une bonne partie des gamins se nomme Dark Vador, pas vraiment réputé pour être un gentil.

 

manif France

Manifestation d'indvidus ciblés. France, le 29 août 2018