Les nuits infernales se perpétuent, avec quelques heures de rémission suivant le bon vouloir des harceleurs, des miettes de repos absolument insuffisantes pour récupérer du manque drastique d'un élément vital à tout être humain, le sommeil. Je cours après ce dernier comme une damnée, et je ne pense pas, sincèrement, que quiconque en ce monde, même le pire des assassins, mérite de passer une nuit comme celle que je viens de passer, à l'entière disposition de l'ego mis à mal de blinbling, monseignôre pion en chef, blessé dans son saint orgueil de mâle déviant. Si toutefois c'était bien lui. Le doute est toujours de mise, mais je l'ai déjà dit, un pion est pion.

  La privation intentionnelle de sommeil sur la durée fait dire et faire n'importe quoi. Le taré au-dessus en profite à bloc, et c'est la méthode reine des salopards, ça marche à tous les coups. On pousse à bout la cible, dans le moindre de ses retranchements, et dès qu'elle éclate, on s'indigne et on s'autorise ainsi à la punir, punition à la hauteur des écarts du souffre-douleur. Blingbling adore, il exulte.

  C'est un bon pion, parfait exécutant et parfaitement ignare, croyant tirer les ficelles d'un jeu grotesque qui lui échappe honteusement. Un petit con qui se croit pionnier dans l'art d'envoyer des tirs d'ondes pulsées dans la boite cranienne d'une cible, voilà toute la superbe d'un sale type, rien qu'un sale type comme il en existe tant, se camouflant derrière une belle façade familiale afin de mieux céder à ses bas instincts en amont. Beaucoup de criminels particulièrement pervers procèdent de cette façon. Ils se marient, travaillent, ont des enfants, et se construisent ainsi une apparence ordinaire et des plus rangées, afin d'éloigner les autorités de leur côté sombre et sadique. Ce sont aussi de parfaits larbins pour des instigateurs ayant besoin de main-d'oeuvre bon marché.

22août2018_2

Tiens, encore une de mes hallucinations, si vous la voyez aussi,
c'est qu'elle est collective :).