Je n'y connais rien en voiture, mais la sienne est caractéristique, vieux modèle, elle ne passe pas inaperçue. La première fois que j'ai repéré ledit pion à la voiture carrée donc, il s'était garé négligemment devant ma porte d'entrée, du genre, j'ai tous les droits, ce qui est chez toi est chez moi, même si je n'habite pas là, je suis le justicier qui va protéger ma famille en danger, je domine, etc. on pourrait ajouter à son encontre je nuis donc je vis. J'avais déposé alors sur son pare-brise une petite affichette mentionnant d'une écriture cordiale de laisser un espace libre devant ma porte d'entrée de manière à ce que je puisse rentrer chez moi, voilà pour la forme, pour le fond j'aurais pu juste noter "Fuck off" ce qui aurait été plus fidèle à mon état d'esprit du moment, mais j'ai été bien élevée.

  Aujourd'hui, le pion à la voiture carrée est arrivé en début d'après-midi avant que je ne reparte travailler, afin d'assurer l'intendance de ma maltraitance et faire la jonction avec l'autre pion, déjà présent au-dessus de ma tête, et devant s'absenter, du moins est-ce ce que je suppose.

  Le pion à la voiture carrée, à l'instar de tous les autres, est dans la toute-puissance, se sentant invulnérable, il n'habite pas là et se trouve donc à l'abri de toute poursuite présente ou future, du moins sous son foutu crâne c'est ainsi que les choses se présentent. Rien ne vient à l'esprit mou de ce harceleur ponctuel et régulier, qu'il ne suffit pas de torturer hors de chez soi pour être à l'abri de toute procédure. On ne sait pas ce que la vie nous réserve, malheureusement cette phrase ne revêt aucun sens pour celles et ceux qui se trouvent dans cet état d'omnipotence, au-dessus des lois, et proche de la transe. Le terme de recoupement leur échappe de manière prodigieuse. Le pion à la voiture carrée est reparti comme il est venu, juste après mon départ, mais chut, je ne suis pas censée le savoir.