file2117

 

  La nuit dernière, après quelques tirs d'ondes électromagnétiques de circonstance, afin, j'imagine, de ne pas laisser retomber la pression exercée à mon encontre, les harceleurs m'ont laissée dormir. Cela méritait d'être mentionné, étant donné la rareté des fois où ils me laissent embrasser les bras de Morphée, même après le lever du jour.

  Cela dit, et malgré ce jour dominical, à 7 h 45 j'étais réveillée, et à 9 h, debout, routine étant prise des réveils multiples. Aussi, contrairement à tous les autres jours, le frigo ne s'est pas déclenché au moment où j'entrai dans la cuisine. Je ne pus donc que constater l'exceptionnalité des dernières heures. Si j'avais nourri quelque haine, ou quelque tempérament venimeux, le plus judicieux à ce moment aurait voulu que je mette la musique à plein volume, estimant que si les harceleurs avaient besoin spécifiquement ce jour là de tranquillité, c'était le moment de foncer ! Mais je ne suis manifestement pas de cette trempe qui consiste à nuire, où à se venger dès lors qu'un répit s'installe, si bref soit-il, je me contente juste de profiter du moment.

  Celui de ce matin fut cependant de courte durée. Pourquoi ? Parce que le simple fait de me coller devant mon pc a suffit, semble-t'il, à réveiller les harceleurs, peut-être même dès le moment où j'ai ouvert mes volets. Bon d'accord, le volume du pc était resté à un niveau élevé, 3 secondes le temps de le baisser, mais c'était déjà trop tard. Nul besoin, en fait, de me perdre dans des distributions sonores et volontaires pour répliquer à ce qu'on me fait subir, car quoi que je fasse, et si inaudible que ce soit, cela réveille les teignes nichant au-dessus de ma tête, c'est un fait.

  A moins de vivre en apnée, et de me déplacer comme un chat, je ne vois donc pas ce qui pourrait mettre fin à ma persécution. Reste ce mystère plus épais que jamais, à savoir comment il se fait qu'on m'entende autant, et en admettant que les harceleurs (mes voisins du 1er étage) ne demandaient ce matin qu'à dormir, dans ce cas QUI serait à l'origine de l'hypersonorisation de mon logement, de celui précédent, et du précédent du précédent, et cette pénible impression chaque fois de vivre à l'intérieur d'un amlificateur de son ?