28 mars 2018

Pyrogravure faciale

  Les harceleurs adorent ça, tracer sur mon visage des sillons invisibles mais pas indolores, et provoquant des démangeaisons aussi irrépressibles que spontanées. J'imagine qu'à ces moments précis, à l'instar d'ailleurs de bien d'autres dans le kit complet de ma maltraitance, ils se sentent les rois du monde, gonflés d'orgueil jusqu'à en exploser. C'est si facile quand on se trouve en possession de ces outils retors, que ce soit par l'intermédiaire de lasers, de pointes électriques ou tout autre petites saloperies électroniques... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2018

Journée mondiale du sommeil

  C'était hier, alors qu'un nombre grandissant de spécialistes tirent la sonnette d'alarme concernant le manque de repos dû à l'usage prolongé des écrans, notamment par les adolescents, d'autres sont privés intentionnellement de sommeil par des individus retors utilisant un matériel diabolique à cet effet.   Conclusion, pendant qu'on fabrique des imbéciles à la pelle, devenus incapables de lever les yeux de leur smartphone, d'autres perdent des neurones au kilo en raison d'une torture inavouable perpetrée par des citoyens... [Lire la suite]
15 mars 2018

Vénerie sur un être humain

  Les vacances sont terminées, aucun doute là-dessus. Je ne sais ce qui m'a valu une hostilité en veille durant une petite quinzaine de jours, peut-être la présence d'une progéniture bouleversant quelque peu l'agressivité usuelle de l'emploi du temps de ses parents, ou tout simplement la gentille petite famille partie en congés et laissant place à des pions un tantinet moins abjects en matière de maltraitance.   Toujours est-il que depuis le début de la semaine, je suis à nouveau privée de sommeil, et connait à nouveau... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 17:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

Monseignôre le harceleur

  Hier soir, j'ai encore péché en ayant le malheur de chantonner. Le pion du moment, et probablement seigneur du bunker au-dessus de ma tête, a ce qu'on appelle tiquer sur ma fredonnette, en perpétrant un puissant clic audible sur mon pauvre chauffe-eau*, survivant tant bien que mal à ce traitement. Sur ce, je répliquai en disant courtoisement au harceleur, à travers le mur bien sûr, que ce n'était pas de ma faute si je n'avais pas une voix de ténor mais plutôt de casserole et ajoutai que cela lui ferait du bien à lui aussi... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mars 2018

Torture à distance, hypothèse sur les sensations des bourreaux

  Qu'éprouvent les individus qui me harcèlent lorsqu'ils m'envoient des décharges à distance ? Que se passe-t'il à ce moment au sein de leur cerveau de citoyen ordinaire ? Le harcèlement électromagnétique diffère des autres formes de torture, et adjuge à la lâcheté un caractère paroxysmique, en ce sens que les tortionnaires ne voient pas leur victime de visu, leurs yeux ne croisent pas les miens, ce qui permet de les distancier de ce qu'ils font, et de minorer la gravité de leurs actes.   En 2010, des producteurs ont eu la... [Lire la suite]
06 mars 2018

Harcèlement, analyse d'une situation donnée

  Hier matin, un fourgon d'une entreprise de peinture et décoration s'est garé pile devant chez moi, en prenant soin cependant de ne pas déborder sur ma porte d'entrée. Je l'avais déjà vu ponctuellement garé devant l'immeuble. Au moment où je m'apprêtais à sortir, un bruit de perceuse a tonitrué au-dessus de ma tête.   Vers 12 h 30, le camion est reparti, heure à laquelle beaucoup d'entreprises s'arrêtent de travailler pour aller déjeuner. Dans l'après-midi pas de camion, je soupçonne en revanche une milice du département... [Lire la suite]
Posté par Elea LP à 11:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2018

La haine chevillée au tir d'onde

  C'était hier soir au coucher, de ces tirs d'ondes électromagnétiques suffisamment furieux pour vous faire décoller tout le haut du corps de votre lit. On dit que les ondes ne se voient pas, la haine qui s'y niche non plus, mais on peut les sentir toutes deux au centuple.   Le ou la harceleuse au-dessus de ma tête à ce moment précis, débordait de haine, et un assouvissement de cette dernière se faisait impérieux. Pourquoi ? Parce qu'il ou elle savait qu'il n'y aurait pas d'autres tirs ensuite, du moins pas avant le petit... [Lire la suite]