petition-img-12996

  Les vacances sont terminées, aucun doute là-dessus. Je ne sais ce qui m'a valu une hostilité en veille durant une petite quinzaine de jours, peut-être la présence d'une progéniture bouleversant quelque peu l'agressivité usuelle de l'emploi du temps de ses parents, ou tout simplement la gentille petite famille partie en congés et laissant place à des pions un tantinet moins abjects en matière de maltraitance.

  Toujours est-il que depuis le début de la semaine, je suis à nouveau privée de sommeil, et connait à nouveau également cet état de latence omniprésente et d'univers ouaté, bloquée entre deux monde, celui du réel, et celui que le sommeil impose mais qu'une donzelle et sa meute m'interdisent. La trentenaire au prénom soyeux et la mine immaculée, semble trouver son compte de haine dans cette chasse à l'épuisement contre la proie que je représente pour elle et sa famille. Grand bien fasse à sa médiocrité de jeune bourgeoise échevelée.

  Reste cette question lancinante qui ne cesse de s'interposer entre ce moi diffus et le sadisme ordinaire. Quelle est la nature de cette satisfaction éprouvée à épuiser un individu, et à quel degré se situe le contentement du pouvoir usé et abusé à intervenir à distance sur le corps tout entier de quelqu'un, à influer directement sur son état de santé, suivant la puissance des tirs d'ondes électromagnétiques qu'on lui envoie, et leur direction ?

  Questions qui resteront sans réponse, la haine devrait y suffire, mais quelle est son origine ?