wir

  N'ayant pas de voiture, je n'ai jamais trop compris ce qui liait certains individus à ce qui représente apparemment pour eux bien plus qu'un outil très utile, servant à se rendre d'un point à un autre.

  En raison d'un harcèlement intensif utilisant non seulement un matériel high-tech pour m'envoyer de bonnes ondes éléctromagnétiques dans le crâne, mais également de nombreux véhicules se garant ou démarrant de manière intempestive suivant mes entrées et sorties, j'ai dû au fil du temps me familiariser avec cette tôle aménagée sous laquelle trônent quatre roues.

  Je me rappelle d'une période durant laquelle il était à la mode de se gausser des personnes possédant une BMW, symbolisant un côté parvenu pour certains réfractaires à la marque, mais surtout de réussite, voire de toute puissance pour d'autres possédant le fameux véhicule, dont la carrosserie devait obligatoirement rutiler, vague impression de briller eux-mêmes sans doute, la sono s'entendre à pas moins de 100 m, et passer un temps certain à bichonner leur joujou de luxe. A l'époque je trouvais la critique un tantinet cliché.

  Le fait est que dans le tas de retardés qui s'adonnent à mon harcèlement, les plus jeunes, hommes en pleine force l'âge, possèdent une BMW, sans rayure, sans accroc, sans tâche, et particulièrement cajolée par leur soin, si j'en juge par l'aspect impeccable de leur bolide. Eh oui ! Apparemment, la BMW en a “beaucoup sous le capot”, et sans vouloir faire d'allusion suggestive, il se pourrait bien que le cliché fonctionne un brin sur certains individus dont l'intelligence ferait furieusement défaut, lesquels compenseraient cette disgrâce cognitive par l'acquisition du précieux objet, leur garantissant, du moins en apparence, une certaine légitimité en ce monde en raison de ce symbole pouvant être exposé à peu près partout où il est autorisé de se garer.

  Il serait cependant imbécile de généraliser ce qui n'est caractérisé que par des individus qui s'ignorent. Le fait est que le cliché du bon gros crétin parvenu, attaché à sa BMW comme il le serait à sa moitié, est peut-être né d'une certaine réalité.

Enregistrer

Enregistrer