Ne pas travailler pendant trois jours me permet, non pas d'être sur un pied d'égalité avec les harceleurs, mais d'avoir plus d'énergie pour me défendre, sans compter que je mets à mal leur diabolique planning exigeant qu'un pion se trouve au-dessus de ma tête 24 h/24 h et 7 j/7 j à partir du moment où je suis chez moi. J'ai l'impression que ce week-end, le coeur des harceleurs, si toutefois ils en ont un, à balancé entre ce besoin inouï de me nuire, et l'envie néanmoins de fêter Pâques en famille et en tous bons citoyens qu'ils sont. Ils ont tout de même réussi à s'organiser pour assouvir leur haine comme il se doit, d'un côté en me bombardant de tirs d'ondes électromagnétique, et de l'autre, fêter la résurrection du petit jésus.

  C'est merveilleux, même si d'un point de vue religieux ma maltraitance ne semble pas vraiment compatible avec la charité chrétienne, mais j'imagine que des harceleurs, bien-pensant, ne s'encombrent pas de ce genre de réflexion qui veut que les bases du christianisme soient fondées sur la bienveillance, ainsi qu'un appel à l’amour et à la liberté qui structurent la relation aux personnes.