telecharger-nuit-blanche_acbl-_1

http://blog.rue-du-bien-etre.com/sommeil-sante/

  ...nourries que de micro-siestes, sans aucun cycle de sommeil long. Cependant, je suis loin de battre mon record de 2012 et des 91 heures sans sommeil avec hallucinations à l'appui, cela va s'en dire.

  Pourquoi je me rappelle de ce nombre maudit ? Parce que je m'étais efforcée à compter entre deux mirages, et un brouillard diffus devant les yeux. Aujourd'hui, il y a de la marge donc, mais j'écris lentement, et je suis obligée de me relire un nombre incalculable de fois avec une mauvaise vue. Il est clair que je suis loin d'aligner ces quelques mots en un seul jet, mais j'y tiens.

  Voilà ce qu'entraîne une privation volontaire de sommeil trop longue. Je connais cela par cœur, et toutes les phases de cette torture aussi blanche que lente, de la plus inconfortable à la plus douloureuse. Mon intervention de vive voix envers les harceleurs me vaut des représailles, comme la fois précédente, mais je savais pertinemment ce qu'interpeler directement des individus procédant de manière aussi souterraine qu'hypocrite, me coûterait.

  Pourtant je n'ai pas pu m'empêcher de poursuivre mon monologue offensif, d'attribuer du sang et des veines à mes bourreaux, même si quand je les imagine, c'est forcément une image de quelque chose de métallique qui s'offre à mes yeux, quelque chose de dénué de vie.

  Les ondes cette nuit étaient chatouilleuses, comme quand on a ce frétillement dans le nez qui donne une irrésistible envie d'éternuer à l'état naturel, sauf que là, rien n'était naturel et l'éternuement n'est jamais venu, contrairement aux chatouillis qui ont perduré toute la nuit jusqu'au petit matin, comme la nuit précédente, et la précédente encore. Ce matin, je me suis pourtant rendue au travail d'un air guilleret avec les écouteurs de mon lecteur mp3 bien calés sur les oreilles pour me tenir éveillée dans le bus et ne pas rater mon arrêt. 10 minutes de bus ne suffisent pas pour dormir. Impossible pour le moment de récupérer de mes trois dernières nuits, alors que les pions guettent le prochain accès de fatigue que ma respiration trahira. La France c'est aussi cela, il faut le savoir.