agresseurs

  Voilà bien une chose impossible, parce que tout simplement le fer de lance des harceleurs réside dans le fait essentiel de vous faire savoir qu'ils sont là, fin prêts à nuire, de jour comme de nuit.

  Le mieux pour eux serait encore qu'on réagisse à leurs actions, en leur montrant notre mécontentement, mais pourquoi leur faire ce cadeau ? Si il est au moins une chose sur laquelle on peut agir, c'est bien celle-là, ne pas répondre à cette attente de la réaction.

  Au début, il nous faut admettre que c'est bien difficile d'exploser de joie, suite à la malveillance nichée un peu partout alentour et distillée de manière perfide et incessante, presque aussi difficile de retenir sa colère, puis on s'aperçoit avec le temps que cette colère non seulement ne nous sert à rien, mais décuple potentiellement le plaisir pris par le harceleur à notre maltraitance.

  Alors, on part en sens inverse, et c'est le sourire qui se révélera être notre meilleure arme. De toute façon nous n'avons que celle-là, mais elle est efficace, d'autant plus quand on ne se force pas.

  Pour ma part, le sourire n'est pas une mimique contrainte et forcée face à ce que je vis, il est devenu ma liberté. En ce sens il ne me demande pas d'effort, il est en moi, et je le trouve plutôt salvateur.

  Face à la médiocrité, force est d'admettre que c'est lui qui gagne, malgré la férocité de mon harcèlement, malgré le nombre de mes persécuteurs, malgré TOUT, et ce que ce tout comporte comme inpetie, crétinisme, rejet, et imbecillité.