Hier soir, j'ai traîné un peu, et visiblement ce n'était pas du goût de mes harceleurs. La soirée précédente, soit dans la nuit de vendredi 23 à samedi 24 avril, je m'étais couchée tôt en raison de violents maux de tête (dûs aux pollens je pense). Ils avaient pu ainsi me bombarder d'ondes un peu plus tôt aussi, logique ! Mais hier, j'avoue, j'ai traîné un peu devant le petit écran (tv écoutée au casque je le rappelle). Cela n'a pas plus à mes persécuteurs du moment, qui s'impatientaient pour m'envoyer quelques bonnes ondes électromagnétiques dans le crâne. Ils sont accrocs ! Il semblerait que ma tête représente pour eux comme une ligne de coke, le plaisir à m'envoyer des ondes dans le crâne étant peut-être devenu un besoin, à moindre frais, c'est cela qui est cool.

  Enfin, leur impatience menée à son comble, les voilà qui se mettent à taper du pied, et à faire couler de l'eau dans ma douche. Ils peuvent interagir sur à peu près tout dans mon logement, y compris moi-même, et donc faire goutter ma pomme de douche en appuyant à un certain endroit du sol chez eux, situé juste au-dessus de ma salle d'eau j'imagine. Le fait est que j'ai fini par me coucher, et ils ont pu ainsi m'envoyer leurs petits tirs, relativement violents, car je les avais fait attendre. Leur petite dose de sadisme ayant été contentée, j'ai l'impression qu'ils, ou il sans "s" ou elles, ou elle sans "s", sont partis pour laisser place à la relève au petit matin. Du genre petite vieille du même immeuble à un autre étage qui descend pour me réveiller à son tour. Tout cela n'est que supposition, car j'entends, je sens, mais je ne vois pas. Il faut admettre qu'il me manque un sens crucial, pour déterminer le fonctionnement de mes harceleurs.

  J'ai cependant l'impression parfois qu'ils tournent comme les quarts à l'armée (fraction de temps pendant laquelle une équipe est de service ou de faction). Sur un bateau, apparemment les quarts sont découpés en 6 parties, 4 heures par sentinelle donc, avant de laisser place à la relève. Pour me tourmenter, ben, c'est un peu la même chose il me semble. Enfin, voilà bien une hypothèse parmi d'autres, mais cela fonctionne plutôt bien.

  Petite vidéo ci-dessous de ce qui s'est passé sous ma fenêtre pendant que j'écrivais ce petit mot (malheureusement on l'entend très peu, mais le bruit de moteur était parlant). Mes harceleurs détestent quand je téléphone et quand j'écris sur mon clavier. N'y voyons rien là de dérangeant au niveau de leurs ouïes, même si ces dernières sont extrêmement fragiles, mais bien plutôt ma relation avec l'extérieur que suppose le téléphone ou l'ordinateur qui leur est insupportable. Je suis censée être le plus isolée possible, de manière à être le plus vulnérable possible également.

  N'oublions jamais que le credo d'individus qui en harcèlent un autre, est avant tout l'isolement de leur victime.

  Remarquons que dans la faune sauvage il en va exactement de même. Les lionnes chassent en groupe, et isolent la proie, généralement plus vulnérable que les autres, pour ensuite se jeter sur elle plus commodément et la dévorer. Seul le motif diffère entre l'homme et l'animal. En effet, les animaux prédateurs font cela pour se nourrir, c'est vital pour eux. Pas de proie, pas de nourriture, pas de nourriture c'est la mort assurée au bout du chemin.

  Alors que si mes persécuteurs arrêtaient de me tourmenter, il pourraient continuer à vivre, sans trop de problème il me semble. C'est ainsi que nous en venons au sadisme, mais pas tout-à-fait à la gratuité, loin s'en faut. Affaire à suivre...